César Saëz

1 sur 5
L'identification de l'espace

Dans le contexte des Instants ruraux, voici le projet de Saëz: L’Identification de l’espace- Installer temporairement, avec la collaboration de citoyens de la Haute-Yamaska et dans une périphérie d’une dizaine de kilomètres autour de Granby, une cinquantaine de supports arborant une image qui met en exergue à la Terre, le territoire de Granby sur fond d’univers. Avec le message: VOUS ÊTES ICI.
 
Évoluant généralement dans le tissu urbain, la démarche de Saëz opère, dans le cadre des Instants ruraux, un déplacement de sens par une ingénieuse mise en situation: son motif sert ici à désigner la régionalité dans un plan universel de manière à en questionner le contexte social et ainsi amener une déconstruction du concept folklorique de la ruralité. Intention noble qui se buttera pourtant à la froide règlementation municipale. Son dispositif, un pastiche de la pancarte publicitaire que l’on trouve communément aux abords des routes, sera a priori confondu à la notion d’enseigne. Ce qui pose la question fondamentale de la reconnaissance de l’objet d’art, de sa libre circulation et des usages du territoire. Cette problématique est en l’occurrence le nerf vital du 3e impérial dont le mandat en tant que producteur et diffuseur est justement l’exploration des lieux hors galerie. Et c’est dans un esprit de modernité avancée que les Instants ruraux tentent un rapprochement entre la citoyenneté et le statut d’artiste.
 

Depuis 1993, César Saëz expose publiquement une œuvre percutante, délibérément mise sous tension dans le courant de la vie qui se joue dehors: une réflexion sur des situations sociales tangibles mais aussi un énoncé critique sur la fonction de l’art qu’il assume haut et fort comme « acte interactif » en opposition à « objet de contemplation ». Ainsi en octobre 1993, il installe à l’entrée du Musée d’art contemporain de Montréal une immense toile tentaculaire faite avec de larges bandes élastiques, perturbant ainsi cet espace institutionnel et questionnant l’élitisme et la bureaucratie du musée. L’année suivante, il intervient dans l’environnement du Centre canadien d’architecture avec une centaine de panneaux « Condos à vendre », faisant cette fois allusion à la spéculation immobilière. Également invité lors d’évènements publics il présentait Ombres passantes, une intervention itinérante sur le boulevard Saint-Laurent (Articule, 1997), puis réalisait Les Vagues percées à Percé (Paysage réinventé, Champ Libre, 1998). Sa participation récente à l’évènement Artifice (Montréal, 1998) lui a valu le prix pour la meilleure œuvre de rue: une sculpture faite de téléviseurs, disposés dans des conteneurs. Ces téléviseurs diffusaient en continu des images médiatiques provenant d’archives sur des manifestations de rue.
 

Ce projet de César Saëz a été réalisé du 29 mai au 30 juin 1999 dans le contexte du cycle d’exploration Instants Ruraux, un programme de résidences d’artistes et d’activités de création, de réflexion et d’action autour d’un dénominateur commun: la ruralité. 

Résidence en art infiltrant 

Résidence
29 mai au 30 juin 1999

Événements

L’identification de l’espace
Un projet de César Saëz
Du 29 mai au 30 juin 1999
 
Rencontre avec l’artiste et présentation du projet
Samedi 29 mai 1999 à 14 h
3e impérial, 164, rue Cowie, Granby, 3e étage
 
Nous remercions, pour leur gracieuse collaboration au projet de César Saëz :
Gilles Lefebvre, Marcel Guertin, M. Bertahelt, M. Rolland, Georges Grabb, Gérard Coupland, Jacques Bernard, Monastère des Trinitaires (Père Armand Gagné), Jérôme Ostiguy, André Côté et Nicole Bousquet, Rock Racicot, Alphonse de Roscher, C. Auguste Comeau, Benoît Choinière, Michelle Rock, Jean-Guy Vachon, Pierre Auger, Mme Choinière, Reine Giard, Gérald Bourbeau, Mario Beauregard, Ferme Robert Beaudry, Roland Thibault Inc., Autodrome Granby (M. Bob Gatien), Hubert et Jeanne Villeneuve, Michel Paquette, Léo-Paul Fortin, Richard Viens, Jocelyn et Chantal Bouchard.
 


Équipe : Danyèle Alain, coordination artistique / Yves Gendreau, logistique, soutien technique et administratif
 
Remerciements : Le Golf des Lacs, Steelplast Inc. Normand Choinière, André Côté, Nicole Bousquet, Bruno Beauregard, Lucie Brosseau, Les entreprises Jean Brodeur, Granby Granite, Normand Lavoie, Réjean Genest, la municipalité de Roxton Pond. L’artiste remercie le Conseil des arts et lettres du Québec, et le Conseil des Arts du Canada.
 
Photos : © 3e impérial, centre d’essai en art actuel.