Camila Vasquez

1 sur 56
La maison est importante
[…] Et toujours, en nos rêveries, la maison est un grand berceau.
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF/Quadrige, 2001, p. 26.

 
Par le biais de son travail de création, Camila Vasquez cherche à rendre sensible la relation de l’humain à l’espace architectural et à l’environnement. Dans le contexte du projet La maison est importante, elle s’est intéressée à l’existence d’un parc de maisons mobiles situé en périphérie de la ville de Granby. Presqu’un mode de vie, ce type de structure alternative permet à plusieurs de réaliser le rêve d’avoir une maison à soi.
 
La maison est importante est un projet qui sonde les profondeurs d’un espace plus intangible, celui de la maison rêvée. Par un processus fondé sur l’expérience d’une présence active à un contexte, Camila Vasquez s’introduit d’abord discrètement dans la vie de ce quartier par des séances répétées de dessin d’observation des maisons. À sa demande, quelques-uns des habitants acceptent de la recevoir chez eux : un chasseur, un arpenteur, une massothérapeute, une intervenante sociale, une dame retraitée, une mère et sa fille adolescente et leur voisine lui ouvrent leur porte. Ces moments de rencontre sont l’occasion de collecter des désirs, de faire affleurer les fragments de vision d’un environnement idéal où ils pourraient, en toute liberté, déplacer et modifier leurs demeures. En échange de cette généreuse hospitalité, et de la matière onirique ainsi recueillie, l’artiste offre à chacun un croquis de sa maison.
 
Puis, elle réunit et réactive les fragments de leurs visions en construisant la maquette d’un quartier imaginaire, reconstituant pour ces destinataires, un récit improbable et poétique. Ce récit, Camila Vasquez le métamorphose à nouveau sous deux formes : un film d’animation et une œuvre sculpturale en bois. Inspirée par l’image fabuleuse d’une minga (corvée rituelle d’entraide collective de son pays natal, le Chili, où tous les voisins unissent leurs efforts pour déplacer une maison, d’une île à une autre, la faisant glisser sur des rondins, puis sur l’eau où elle est tirée par des boeufs…), elle fait revivre symboliquement ce rituel en transportant l’œuvre sculpturale à travers les rues du quartier, vers sa destination ultime : un arbre auquel l’œuvre est suspendue, évoquant l’enfance, la cabane dans l’arbre, un espace de liberté qui flotte et berce nos rêves…

Camila Vasquez vit et travaille à Montréal. Elle détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM (2010) et un baccalauréat de l’Université du Chili, à Santiago, en plus d’avoir participé à plusieurs formations de perfectionnement dans divers champs disciplinaires (performance, danse contemporaine, chant, photographie, estampe). Son parcours inclut des expositions individuelles et collectives en Argentine, au Chili et au Québec.

Ce projet  de Camila Vasquez a été réalisé entre avril 2012 et avril 2013 dans le contexte du cycle d’exploration La constellation des métiers bizarres, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel.

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
16 au 20 avril 2012
 
Séjours de coproduction
6 au 16 août 2012
20 au 29 novembre 2012
11 au 20 avril 2013

Auteur en résidence associé au projet : Daniel Canty

Événements

Installation in situ 
20 avril au 27 juin 2013
Lieu : Parc Deslandes, accès par la rue Poitras, Granby (Québec)
 
Œuvre vidéo, dessins et photographies
20 avril au 27 juin 2013
Lieu : Centre des miniatures (vitrine), 728 rue Dufferin, Granby (Québec)
 
Rencontre publique
Samedi 20 avril 2013 à 15 h
Lieu : rendez-vous au coin des rues Nicole et des Lilas, Granby (Québec)

Communiqués
12 septembre 2013
2 avril 2013
1
4 novembre 2012
3
1 juillet 2012
1
 mai 2012


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction administrative et technique / Patrick Beaulieu, production artistique et communication / Amélie Jeannotte, assistance à la coordination / Stéphanie Lagueux, infographie et site web / Émilie Mouchous, chargée de projet / Pascal Audet, intégration web.
 
Conseil d’administration : Dominic Marcil, Ève Cadieux, Sylvaine Chassay, Geneviève Chevalier, Gilles Prince, Karen E. Spencer, Douglas Scholes.
 
Remerciements :
Lindsay Pocock et Paula, Marilyn Norris et Germain, Natasha et Gabriella Mocanu, Suzy Doré, Marielle Pelletier, Pierre-Paul Fisel, Martin Fournier, Thérèse Mathieu, Andrée et Sylvain Lagacé, Richard Croteau, Ginette Picard et Dominique Croteau du Centre des Miniatures, Eduardo Pantoja et Ariel Pantoja-Vásquez, Amandine Garrido, Johanne Jarry, Estela López Solís, Sylvaine Chassay, David Tomas, Carmen Gloria Donoso et Luis Vásquez, Andrés Donoso, Raúl Donoso, Ville de Granby, député François Bonnardel.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Ministère de la Culture et des communications, Conseil régional des élus Montérégie-Est, Ville de Granby, Emploi Québec.
 
Photos : © Camila Vasquez et 3e impérial, centre d’essai en art actuel