Catherine Bodmer

1 sur 47
Les paradis de Granby

Étant d’abord récit, le jardin convoque le temps plus que le lieu.

[…]

Beaucoup plus que dans l’immobilité du paysage contemplé, qui vaguement nous parle d’infini, c’est dans le jardin, en son centre, que le temps peut être appréhendé. Le centre, ce point où l’on est au moment où on y est, creusant, plantant, arrachant des bribes de vie au temps qui veut la naissance et la mort.

Anne Cauquelin
Petit traité du jardin ordinaire, Éditions Payot et Rivages, 2003.

Dans leurs états dénudés, les jardins donnent à voir autre chose; les formes squelettiques des plantes au repos, les structures de soutien et les clôtures mises à nu, les pots de plantes vides et renversés, les abris délaissés, quelques objets décoratifs oubliés, mettent en avant plan l’“attitude” et l’organisation de chaque jardin.

Catherine Bodmer

La recherche d’un monde idéal ou du paradis perdu est un thème que Catherine Bodmer a souvent exploré de manière singulière dans son travail de création photographique. Les lieux négligés, les terrains vagues, les jardins abandonnés représentent pour elle des lieux ouverts à l’imagination, des lieux en état de transition qu’elle perçoit comme des zones de liberté.

Le projet Les paradis de Granby part du désir de susciter une réflexion sur nos idées et attitudes envers l’aménagement des espaces quotidiens, sur nos relations avec la nature et plus spécifiquement le jardin domestique. Mettant en rapport les processus et courants de pensée qui animent la pratique de l’art actuel et ceux qui façonnent et inspirent le jardin vernaculaire, le projet réunit Catherine Bodmer et un groupe de jardiniers dans une série de rencontres individuelles et collectives conviviales – promenades dans leurs jardins, conversations autour d’un thé, rencontre avec Gentiane Bélanger, historienne de l’art passionnée de jardins – échelonnées sur une année et se situant plus particulièrement dans l’hors-saison du jardinage. Cette perspective a été privilégiée par l’artiste pour observer le jardin dans sa temporalité et dans ses aspects esthétiques les moins fréquentés, les moins spectaculaires.

Au fil des rencontres, photographies, images trouvées, littérature, croquis, écrits personnels, anecdotes, souvenirs, connaissances, plantes, bulbes et semences ont été échangés entre l’artiste et les participants. À partir de cette vaste collection d’images et de récits partagés, Catherine Bodmer a conçu et réalisé une série de cartes postales sous la forme d’un livre qui sera dévoilé et mis en scène dans les espaces d’une librairie de livres usagés.

Un blogue créé par l’artiste accompagne le projet. Il témoigne de ses séjours en résidence, des lieux qui ont inspiré ses séances photographiques, de ses rencontres et visites de jardins… Jardin d’automne, jardin d’hiver, jardin communautaire, jardins en pots, jardins ludiques où se mêlent fleurs naturelles et artificielles, bibelots et figurines animales, tournevents, tricot-graffiti et autres curiosités, plantes en dormance pour l’hiver dans un espace de la maison, expérimentations horticoles, réflexions philosophiques, inspirations… L’artiste y partage ses découvertes et trouvailles et y livre quelques-unes des réflexions qui ont nourri le processus du projet.

lesparadisdegranby.blogspot.ca

Catherine Bodmer poursuit une pratique en installation et photographie, animée par un intérêt pour la singularité des lieux et des matériaux du quotidien; ceux qui évoquent une certaine précarité, mais aussi un sens d’ouverture et de fabulation. La manipulation des pixels, l’altération d’éléments visuels, les stratégies de multiplication, de variation, les jeux d’échelle, sont des processus par lesquels elle recompose la réalité pour en souligner la vulnérabilité et la complexité. Ses compositions prennent en charge la malléabilité de la photographie numérique afin de créer des situations à la fois cohérentes et divergentes.

Ce travail de l’image se fonde sur une expérience de terrain, une approche « performative » qui lui permet d’apprivoiser son sujet, tout en y intégrant l’expérience de sa propre présence et celle des autres. Pendant les prises de vue d’un lieu, elle le circonscrit en se questionnant sur ses composantes, en y faisant le tour, physiquement et mentalement. Deux résidences de création à Mexico, qui ont donné lieu à la production d’un important corpus d’oeuvres (2010-2013), l’ont menée à explorer les espaces de vie de cette ville, impliquant notamment des rencontres avec des locataires dans le cadre d’un travail sur des toits-terrasses.

www.catherinebodmer.com

Ce projet a été réalisé avec le soutien du Programme de collaboration entre les artistes et la communauté du Conseil des arts du Canada, dans le cadre d’une résidence de coproduction en art infiltrant, de février 2014 à septembre 2015.

Résidence en art infiltrant

Séjours de prospection
10-11 février 2014
10-11 mars 2014

Séjours de coproduction
24-25 septembre 2014
29 au 31 octobre 2014
1 au 10 décembre 2014
9 au 18 février 2015
4 au 13 mai 2015

Événements

Conférence et Causerie
Vendredi 25 septembre 2015 à 16 h
Théâtre de poche du Cégep de Granby, 235, rue Saint-Jacques, local B-302, Granby (Québec)
Gentiane Bélanger, historienne de l’art, Les mains à la terre: Quand l’art pousse dans le jardin
Catherine Bodmer, artiste, Les paradis de Granby

Les paradis de Granby
Collection de cartes postales in situ dans une librairie

26 septembre au 1 novembre 2015
Librairie Écolivres
216, rue Principale, Granby (Québec)

Lancement du livre « Les paradis de Granby »
Samedi 26 septembre 2015 de 15 h à 17 h
En présence de Catherine Bodmer et des participants au projet

Horaire de la librairie
Lundi au mercredi 10 h à 17 h
Jeudi et vendredi 10 h à 20 h
Samedi 10 h à 16 h
Dimanche 12 h à 16 h

Communiqués
15 septembre 2015
30 avril 2015
02 février 2015

Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction administrative et technique / Patrick Beaulieu, production artistique et communication / David Beauchamp, développement national et international / Stéphanie Lagueux, site web.

Conseil d’administration : Dominic Marcil, Geneviève Chevalier, Sylvaine Chassay, Stéphanie Verriest, Douglas Scholes, Karen Elaine Spencer, Victoria Stanton.

Remerciements :
La Société d’horticulture de Granby qui a facilité les rencontres d’automne avec ses membres; les jardiniers qui ont accueilli l’artiste dans leurs jardins et partagé leurs connaissances, Lise Deslauriers, Madeleine Paulhus, Robert Lambert, Élise Brodeur, Jacques et Diane Morin, Cindy Desrosiers; le Cégep de Granby, Ricardo Robles de la librairie Écolivres.

Photos
© 3e impérial, centre d’essai en art actuel et Catherine Bodmer, 2014-2015.