Christian Barré

1 sur 4
En-soi

Christian Barré prend le parti d’investir une boîte lumineuse abandonnée du centre ville de Granby en postulant la sauvegarde de l’originalité et de l’irréductibilité de l’individu et du rapport vécu avec autrui.
 
Au cours de l’automne 1999, il visite de porte en porte une cinquantaine de foyers d’un quartier ouvrier situé en périphérie de la ville. Jonglant avec les mots du vendeur, du recenseur et de l’artiste, il invite les gens à se faire photographier chez eux afin de lui permettre de réaliser une série de portraits.
 
Optant pour l’avancée technologique du médium photographique Christian Barré a poutant été inspiré par la recherche picturale de certains peintres du dix-neuvième siècle qui firent de leurs oeuvres un lieu de débat entre le monde bourgeois de la ville et les gens du terroir. Son projet propose une piste de réflexion sur l’entreprise actuelle du pouvoir: parce que ce pouvoir s’adresse directement aux individus, au-delà d’une réalité propre à chacun et en dehors d’un projet collectif. Idéalisme, ironie ou humanisme ? Le défi de l’artiste est ici de rompre avec l’aliénation de l’homogène et de mettre en valeur ceux qui habitent le paysage.
 

Maîtrisé récent de l’Université du Québec à Montréal, Christian Barré navigue avec aisance par le biais du multidisciplinaire dans la construction de situations critiques en usant avec finesse et ironie des logiques de l’art. À cet égard ses tableaux à base de poivre de cayenne (Monochrome démocratique - Peppergate) produits en 1998, demeurent emblématiques. Redéfinir l’espace de débat public, attirer l’attention sur les modalités d’échange entre les individus, rappeler les inégalités persistantes sont des leitmotivs constants dans sa démarche.
 

Ce projet de Christian Barré a été réalisé du 4 mars au 16 avril 2000 dans le contexte du cycle d’exploration Supra rural, un programme de résidence et d’art public du 3e impérial, centre d’essai en art actuel qui poursuit une réflexion contextualisée autour des espaces ruraux et rurbains. 

Résidence en art infiltrant

Octobre-novembre 1999
 

Événements

Exposition
4 mars au 16 avril 2000, devant le 571 rue Cowie à Granby.
 


Équipe : Danyèle Alain, coordination artistique / Yves Gendreau, logistique, soutien technique et administratif
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Photos : © Christian Barré et 3e impérial, centre d’essai en art actuel.