Daniel Poulin

1 sur 40
Artère

Je suis l’ambiguïté. Je m’acharne à faire des ponts entre les îles et le rivage. En même temps, je veux garder l’intégrité de ma forme que j’impose au décor, et je veux abolir toutes les distances, me confondre. Je veux à la fois me différencier et m’intégrer. Je veux ne pas être prisonnier de l’irrévocable. Je veux pouvoir aller et venir, dire et dédire. Je récuse mon droit sans appel à l’aller-simple vers nulle part. Daniel Poulin, « Vagabondages », éd. Boréal Art/Nature.
 
 
À l’affut des horizons et des traces du temps, des hommes et des époques, Daniel Poulin poursuit une quête qui prend son sens dans les détours et les contours de son parcours d’artiste coureur des bois, de philosophe et de vagabond. Son esthétique se révèle au fil des complicités qu’il entretient avec la forêt boréale, les ruisseaux et les lacs des Hautes-Laurentides, son territoire de vie, son atelier à ciel ouvert.
 
Artère
 
Armé des outils d’orientation sophistiqués que sont le GPS et les logiciels de cartes topographiques, Daniel Poulin explore en marchant une artère du territoire de Granby, la rivière Yamaska, pour y semer les bornes d’un parcours poétique balisé par quelques échappées du regard.

Depuis 1989, Daniel Poulin est impliqué activement dans l’organisation d’expéditions art/aventure et de résidences art/nature, une spécificité du centre d’artistes Boréal Art/Nature dont il est membre fondateur et président. Il a lui-même participé à ces aventures collectives dans des lieux sauvages hors du commun tels Grande Baleine et lac Nemiskachi au Québec et les hautes terres sauvages d’Islande.
Par quelque signe il tente de marquer la complexité et l’ambivalence d’un lieu, d’en toucher la surface et d’en percevoir les strates immémoriales. À titre d’exemple, citons Face à face, une œuvre réalisée en 1995 dans le contexte du projet À l’affût, une chasse dans la forêt boréale. Cette installation incitait le promeneur à suivre une piste le conduisant sur le lieu d’un festin dont le couvert était dressé près d’une chute. En 1996, Daniel Poulin est invité avec le groupe Boréal, par les Hochuktlisat-h, occupants millénaires de la grande forêt pluviale de l’île de Vancouver. Inspiré par les pratiques ancestrales de ces autochtones qui extraient des arbres vivants sans les tuer, l’écorce ou le bois pour en faire des objets rituels ou fonctionnels, il crée au lac Henderson, Arbre reconstitué culturellement, sorte de fac-similé absurde de notre complexité bafouée.
 
Daniel Poulin a participé à de nombreuses expositions au Québec, au Canada, aux États-Unis, en France, en Belgique, en Angleterre et en Italie. Il a publié Vagabondages, récit d’une expédition solitaire en canot sur le territoire laurentien, à travers lequel se conjuguent déplacement réel et incursion dans des espaces symboliques.

Ce projet de Daniel Poulin a été réalisé de janvier à mars 2001 dans le contexte du cycle d’exploration Supra rural, un programme de résidence et d’art public du 3e impérial, centre d’essai en art actuel qui poursuit une réflexion contextualisée autour des espaces ruraux et rurbains. 

Résidence en art infiltrant

Séjour de production
31 janvier au 25 février 2001

Événements

Installation/Parcours
25 février au 23 mars 2001, visite libre en tout temps
Lieu : le long de la rivière Yamaska, Granby (Québec)

Inauguration 
Dimanche 25 février à 14 h 00
Lieu : rendez-vous au 3e impérial, centre d’essai en art actuel (164, rue Cowie, Granby (Québec)), pour une visite du parcours en présence de l’artiste.


Équipe : Danyèle Alain, coordination artistique / Yves Gendreau, logistique, soutien technique et administratif / Guy Robert, aide technique / Stéphanie Lagueux, infographie et site web.
 
Conseil d’administration : Ronald Richard, Marie-Christiane Mathieu, Philippe Côté, Valérie Blain, Yves Gendreau, Christian Barré, Clôd Desjardins.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Remerciements :. Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député Bernard Brodeur. 
 
Photos : Yves Gendreau et Éric Lajeunesse. © Daniel Poulin et 3e impérial, centre d’essai en art actuel.