Giorgia Volpe

Sur le mur, un portrait de Marie Rivier fondatrice de la congrégation Présentation de Marie
Sur le mur, un portrait de Marie Rivier fondatrice de la congrégation Présentation de Marie
Giorgia Volpe propose à la directrice de l’école Présentation de Marie son Projet Le temps donné
Giorgia Volpe propose à la directrice de l’école Présentation de Marie son Projet Le temps donné
une intervention poétique  tel un rituel de fermeture de cette école, la plus ancienne de Granby.
une intervention poétique tel un rituel de fermeture de cette école, la plus ancienne de Granby.
En atelier Giorgia taille les pans de rideaux
En atelier Giorgia taille les pans de rideaux
qui voileront les fenêtres de cet immeuble historique.
qui voileront les fenêtres de cet immeuble historique.
Les premières étapes du projet prennent la forme d’apparitions.
Les premières étapes du projet prennent la forme d’apparitions.
L’artiste infiltre le quotidien de l’institution d’enseignement
L’artiste infiltre le quotidien de l’institution d’enseignement
au fil des jours, elle tente de marquer la mémoire de ce lieu
au fil des jours, elle tente de marquer la mémoire de ce lieu
en tirant parti du caractère photogénique et pittoresque du contexte
en tirant parti du caractère photogénique et pittoresque du contexte
et, par ces interventions furtives
et, par ces interventions furtives
elle transforme momentanément l’école
elle transforme momentanément l’école
en cadre de tableaux vivants.
en cadre de tableaux vivants.
Après cet apprivoisement
Après cet apprivoisement
l’artiste implique la communauté des élèves à son entreprise.
l’artiste implique la communauté des élèves à son entreprise.
Généralement les séances de broderie se déroulent en plein air.
Généralement les séances de broderie se déroulent en plein air.
Giorgia brode pour les anciennes qui n’ont pas le temps
Giorgia brode pour les anciennes qui n’ont pas le temps
Leçons de broderie
Les jours de mauvais temps, Giorgia convie les «brodeuses» au salon bleu
Les jours de mauvais temps, Giorgia convie les «brodeuses» au salon bleu
parmi celles-ci, d’anciennes enseignantes
parmi celles-ci, d’anciennes enseignantes
qui ont, elles aussi, méticuleusement ajouté leur nom à cette collection.
qui ont, elles aussi, méticuleusement ajouté leur nom à cette collection.
L’artiste se déplacera chez ces précieuses collaboratrices…
L’artiste se déplacera chez ces précieuses collaboratrices…
Grâce à ces dernières, de nombreux souvenirs sont évoqués.
Grâce à ces dernières, de nombreux souvenirs sont évoqués.
Couture de l’ourlet de finition
Couture de l’ourlet de finition
et installation des rideaux diaphanes
et installation des rideaux diaphanes
Appel de la cloche
Appel de la cloche
pour un petit récital voilé
pour un petit récital voilé
et échanges chaleureux.
et échanges chaleureux.
Merci pour Le temps donné
Merci pour Le temps donné
1 sur 37
Le temps donné

La pratique artistique de Giorgia Volpe se fonde sur l’échange, la rencontre et la transmission de la mémoire; elle est nourrie de gestes et d’objets issus de l’univers domestique du quotidien et de la famille. Pour réaliser ses œuvres, l’artiste fait du textile son matériau de prédilection et convoque régulièrement des techniques artisanales traditionnelles tel le tissage, le tressage, la broderie, le tricot, la vannerie et la courtepointe. À travers la métaphore du textile, dans laquelle fibres, empiècement et enchevêtrement peuvent servir de figures symboliques fécondes, se réfléchissent les notions politiques du collectif, de l’association et de la multitude. La présence attentive et la lenteur, exigées par les arts ménagers, offriraient-elles ainsi un contrepoids subversif à l’hyperperformance et à la superproductivité, tyrannies de notre époque contemporaine?
 
Dans ses œuvres, Giorgia Volpe utilise souvent des matériaux pauvres pour en détourner le sens et les poétiser. Par un jeu de métamorphose qui tient de l’alchimie, elle transfigure ce qui est vulgaire et banal en précieux et, par accumulation, répétition et récupération, elle sauve de l’oubli retailles, chutes et rejets. Certaines de ses pièces confrontent la finesse et la sensibilité du textile à la rigidité et à la monumentalité d’architectures. À l’espace générique et neutre de la galerie et aux médiums proprement artistiques, Giorgia Volpe préfère des lieux et des matières qui sont fortement chargés historiquement et symboliquement. Elle interviendra, par exemple, dans la sacristie d’une église, dans un immeuble désaffecté à la veille de sa démolition, sous la structure bétonnée d’un viaduc, ou encore elle récupérera les panneaux d’une campagne électorale, les fibres de vêtements usagés, des sacs d’achats provenant de divers commerces…
 
Avec son projet Le temps donné, Giorgia Volpe arrime sa démarche à la situation conjoncturelle de l’école Présentation de Marie, la plus vieille école de Granby, fondée il y a 125 ans et appelée à cesser définitivement ses activités après la présente année scolaire. L’artiste s’infiltre dans le quotidien de cette collectivité pour en investiguer les traces mémorielles et construire, avec les élèves actuelles et anciennes, une œuvre participative, tel un rituel de passage. Cette œuvre est conçue comme une apparition éphémère, une intervention poétique qui vient souligner la fermeture d’un lieu historique qui risque fort d’être éventuellement voué à la disparition, comme tant d’autres. Le titre évocateur du projet annonce d’ailleurs très justement à la fois l’idée d’un sursis, d’un délai et d’une trêve, mais il suggère tout autant l’idée d’un engagement, d’une générosité et d’une attention portée à l’Autre.

Née à São Paulo au Brésil, Giorgia Volpe vit et travaille au Québec depuis 1998. Artiste multidisciplinaire, elle est titulaire d’un baccalauréat de l’Université de São Paulo et d’une maîtrise de l’Université Laval. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions individuelles et collectives, au Brésil, au Canada, en Europe et au Mexique. Giorgia Volpe a réalisé de nombreux projets collectifs et participatifs, ainsi que des interventions publiques, et elle a été invitée en résidence d’artiste au Brésil et au Québec. En 2006, elle a été la co-commissaire de l’événement d’art public Habiter, présenté par le centre VU à Québec, et elle a participé à l’événement Les Convertibles, produit par Les Journées de la culture. Elle a reçu l’un des quatre Prix du jury de l’événement Paysages éphémères, pour son projet Mirages présenté à Montréal à l’été 2007.

Ce projet de Giorgia Volpe a été réalisé de décembre 2006 à juin 2007 dans le contexte du cycle d’exploration Champs d’intérêt : infiltrer, habiter, spéculer, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel.

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
6 au 11 décembre 2006

Séjour de création/production
30 avril au 27 mai 2007
 
Auteure en résidence associée au projet : Lisanne Nadeau

Événements

Installation in situ
27 mai au 27 juin 2007

Performance et rencontre publique
Dimanche 27 mai 2007 à 14 h
Lieu : École Présentation de Marie, 232, rue Principale, Granby (Québec)


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Nina Dubois, soutien aux artistes et aux communications / Martin Dufrasne, chargé de projet / Stéphanie Lagueux, infographie et site web
 
Conseil d’administration : Thomas Grondin, Caroline Gagné, Michel Arcouette, Caroline Boileau, Yves Gendreau, Martin Poitras.
 
Remerciements : École Présentation de Marie. Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député Bernard Brodeur.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Photos : Nina Dubois, Giorgia Volpe. © Giorgia Volpe et 3e impérial, centre d’essai en art actuel