Marie-Suzanne Désilets

Novembre 2004 Dans l’atelier du 3e impérial, l’artiste s’affaire aux préparatifs d’une manœuvre de «transformation extrême», en trois lieux de la ville de Granby.
Novembre 2004 Dans l’atelier du 3e impérial, l’artiste s’affaire aux préparatifs d’une manœuvre de «transformation extrême», en trois lieux de la ville de Granby.
Le matériau idoine a été sélectionné après moultes recherches et essais.
Le matériau idoine a été sélectionné après moultes recherches et essais.
26 novembre – Premier habillage sur mesure
26 novembre – Premier habillage sur mesure
Quelques jours plus tard, après une pluie, il faut sécher
Quelques jours plus tard, après une pluie, il faut sécher
… puis brosser
… puis brosser
… et ajuster l’éclairage.
… et ajuster l’éclairage.
Deuxième habillage, rues Centre et Principale.
Deuxième habillage, rues Centre et Principale.
Éclairées, les colonnes prennent place dans la vie de nuit
Éclairées, les colonnes prennent place dans la vie de nuit
Troisième habillage, Place René-Lévesque.
Troisième habillage, Place René-Lévesque.
Premières neiges.
Premières neiges.
Inlassablement, rigoureusement, prendre soin de la peluche
Inlassablement, rigoureusement, prendre soin de la peluche
Dans la grisaille du centre ville
Dans la grisaille du centre ville
un étrange poème visuel
un étrange poème visuel
L’artiste poursuit sa mission quotidienne
L’artiste poursuit sa mission quotidienne
opère de minutieuses retouches
opère de minutieuses retouches
bichonne ces objets d’affection
bichonne ces objets d’affection
Touchers et sourires.
Touchers et sourires.
Les colonnes velues n’attirent pas que des flatteries,
Les colonnes velues n’attirent pas que des flatteries,
mais l’artiste veille toujours…
mais l’artiste veille toujours…
A être branchée.
A être branchée.
Nettoie,
Nettoie,
sèche,
sèche,
...et peigne avec soin.
...et peigne avec soin.
Rencontre festive
Rencontre festive
… autour d’un vin chaud
… autour d’un vin chaud
Dernier rituel,
Dernier rituel,
… dernier calin.
… dernier calin.
Cérémonieusement, la peluche est entaillée.
Cérémonieusement, la peluche est entaillée.
La colonne Morris dévêtue, revêt son apparence d’avant.
La colonne Morris dévêtue, revêt son apparence d’avant.
Dans le paysage urbain, une brèche pathétique opère, implacable.
Dans le paysage urbain, une brèche pathétique opère, implacable.
1 sur 52
Transformation extrême

Intéressée par les notions de présence, de proximité et de distance dans la ville et par l’exploration de stratégies d’occupation de l’espace public, Marie-Suzanne Désilets construit des situations, parfois invraisemblables, qui agissent comme des catalyseurs de rencontres, des micro-événements s’insinuant dans le quotidien. Ces interventions relient l’action performative à l’utilisation interactive de moyens de communication insolites et de dispositifs étranges qui simulent ou détournent la fonction usuelle de certains éléments de l’aménagement urbain (signalisation, bancs, éclairage, etc.).
 
Dans le contexte de Terrains d’entente, elle puise dans des notions de condition humaine - la tolérance, la soumission, la séduction et la manipulation - comme autant de stratégies pour favoriser une expérience esthétique tangible dans la cité et provoquer une réflexion sur les rapports entre l’aménagement urbain et la convivialité.
 
Pour y arriver, elle planifie un choc sensoriel collectif en créant un point de mire sur les colonnes Morris en désuétude, situées au centre ville de Granby. Aménagées à même de petites places publiques, ces colonnes publicitaires bloquent effectivement la possibilité d’interaction sociale, plutôt que de la favoriser. Elle les travestira en objets d’affection pendant une courte période, s’assurant de leur propreté et de leur potentiel d’attraction en les bichonnant quotidiennement, puis les rendra à leur état initial à la fin du projet. Empruntant une forme de signalétique suggestive, elle signe ainsi une action manifeste qui se veut une déclaration de laideur et d’obsolescence et un regard critique sur nos façons d’habiter le territoire. Elle révèle des valeurs, des désirs, des inhibitions et des ouvertures et mise sur la richesse des possibilités variées et inattendues d’un environnement humain.

Marie-Suzanne Désilets a complété un baccalauréat en design de l’environnement ainsi qu’en histoire de l’art. Elle détient également une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Depuis 1996, elle a réalisé et présenté de nombreux projets d’art public au Québec, au Canada, en France et aux États-Unis. Parmi ses réalisations récentes, mentionnons, en 2003, l’intervention urbaine Projections - Je suis une machine, présentée par La Centrale à Montréal, une participation au festival de performance MST de la Stride Gallery à Calgary et une résidence à l’Atelier Alain Lebras (galerie ipso facto, Nantes); en 2002, une performance à la galerie New Langton arts à San Francisco et en 2001, une résidence au centre d’artistes Le Lobe à Chicoutimi. Marie-Suzanne Désilets est impliquée activement au centre d’artistes Dare-dare à Montréal depuis 1999.

Ce projet de Marie-Suzanne Désilets a été réalisé de août à décembre 2004 dans le contexte du cycle d’exploration Terrains d’entente, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel.

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
17 au 20 août 2004
 
Séjour de production
16 novembre au 12 décembre 2004
 
Auteure en résidence associée au projet : Viviane Paradis

Événements

Intervention urbaine
25 novembre au 11 décembre 2004
Lieu : Places publiques du centre-ville de la ville de Granby (Québec)
 
Événement
Samedi 11 décembre 2004 à 14 h
Lieu : place René-Lévesque, près du 77 rue Principale, Granby (Québec)


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Martin Poitras, soutien aux artistes et aux communications / Stéphanie Lagueux, infographie et site web
 
Conseil d’administration : Thomas Grondin, Philippe Côté, Michel Arcouette, Caroline Gagné, Yves Gendreau, Suzanne Joly, Martin Poitras.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Remerciements : Ville de Granby. L’artiste remercie Bruno et Madeleine pour leur soutien à la réalisation du projet. Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député Bernard Brodeur.
 
Photos : Yves Gendreau, Bruno Lachance, Martin Poitras. © Marie-Suzanne Désilets et 3e impérial, centre d’essai en art actuel