Mario Duchesneau

1 sur 13
Terrasse mobile

« Nous connaissons son art d’aménager l’espace et d’effectuer des changements renversants au sein de notre petite réalité quotidienne. Nous connaissons aussi sa capacité d’intervenir et de nous restituer un tout nouvel univers esthétique et poétique juste pour le plaisir et pour nous faire rêver momentanément … » - 
Sonia Pelletier, 1998
 
À l’été 1999, à L’Islet, dans la région du Bas du fleuve, Duchesneau réalisait Maison-terrasse, en recouvrant le toit et les murs extérieurs d’une grange avec des éléments de mobilier de jardin en PVC. À partir de ce même matériau, il a conçu, dans le cadre de Supra rural, un nouveau projet dont le titre, Terrasse mobile, évoque clairement son intention: faire circuler une installation-terrasse dans le but, notamment, de réaliser un portrait singulier de la rurbanité. Une série de douze apparitions d’un jour en différents lieux, soit dans les parcs publics et au Zoo de Granby ainsi que dans les cul-de-sac du réseau de la voirie urbaine et rurale de la région de la Haute-Yamaska, est planifiée au cours de sa résidence au 3e impérial.
 

Routier des résidences d’artistes, artiste nomade sans atelier fixe, Mario Duchesneau est connu pour ses assemblages d’objets usuels tels que valises, vêtements, contenants divers et meubles qu’il emboîte, inverse, suspend, superpose, juxtapose, accumule et dont il dévie ingénieusement le sens. Parmi les expositions qu’il a présentées au Québec et en Europe, soulignons l’événement Itération à Pouilly dans Loire, en France en 1993 où il réalisait avec la collaboration des habitants une sorte de mosaïque sociale éphémère intitulée Bols à soupe.. En 1994 au Bildhauer symposium au Musée de Saint-Wendel, en Allemagne, il embrocha des tonneaux de bière qu’il suspendit à partir d’un piano à queue ficelé: une installation colossale opposant efficacement culture populaire et culture classique. À Montréal, en 1997, il a participé à De fougue et de passion au Musée d’art contemporain et plus récemment, en 2000, il présentait en solo à Espace 502 de l’édifice Belgo, Chemises enchemisées:, une architecture de carton réalisée à partir du bureau de son ordinateur.
 
Il compte à son parcours des séjours à L’atelier-résidence de la Fondation Christoph Mérian à Bâle en 1991, au Centre Est-Nord-Est à Saint-Jean-Port-Joli, entre 1994 et 1998, à L’Oeil de poisson à Québec, en 1996, au Studio Cormier à Montréal, en 1997 et chez Axe-Néo 7 à Hull, en 1998.
 

Ce projet de Mario Duchesneau a été réalisé du 25 avril au 25 juin 2000 dans le contexte du cycle d’exploration Supra rural, un programme de résidence et d’art public du 3e impérial, centre d’essai en art actuel qui poursuit une réflexion contextualisée autour des espaces ruraux et rurbains. 

Résidence en art infiltrant

25 avril au 25 juin 2000
Une série de douze interventions d’un jour en différents lieux publics.
 

Événements

Vernissage
dimanche 25 juin 2000 à 14 h, en présence de l’artiste.
Lieu : 210 Denison est, à Granby, sur le site du Mont Sacré-coeur, près de la piscine.
 


Équipe : Danyèle Alain, coordination artistique / Yves Gendreau, logistique, soutien technique et administratif
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Remerciements : : Services des Loisirs de la ville de Granby, Église anglicane de Granby, Société zoologique de Granby. 
 
Photos : © Mario Duchesneau et 3e impérial, centre d’essai en art actuel.