Philippe Côté

1 sur 13
Tomba le verglas

« Une plaque commémorative pour faire du présent. Les infrastructures induisent des mœurs. La fatigue culturelle insiste. Le titanesque existe. Le présent n’est pas assez lent. Qu’en faire? Je tends à l’urbanité. »
- Philippe Côté
 
« Le temps des références et des interférences est notre avenir, notre présent. » - Roland Houlde, Prologue, Blanchot et Lautréamont – essai de science-fiction, éd. Bien-Public, Trois-Rivières, 1980.
 
« Le ministre Chevrette a mis de côté son annonce sur « l’appel d’intérêt » (…) au profit d’une sortie intempestive contre tous les groupes, organismes et médias qui questionnent la politique du gouvernement et d’Hydro-Québec en vue de faire du Québec « la plaque tournante » de l’énergie dans l’est de l’Amérique… » Louis-Gilles Francoeur, Chevrette veut ramener à l’ordre « les pisse-vinaigre », Le Devoir, 31 octobre 1998
 
Tomba le Verglas offre une chronique sociale du verglas de l’année 1998. L’œuvre retarde notre présent sur une plaque de granit noir. Elle est un graffiti de luxe qui mesure 6 pieds par trois pieds. L’histoire gravée se lit en quatre lignes: Avant, Drette-là, Après, À suivre…
 
Puis la carte qui schématise le territoire touché par le grand verglas est de nature romantique. Le verglas tomba en fronts d’ondes, semblables aux taches dispersées sur la peau des léopards. Rappelons qu’aux premiers jours de la tempête le réseau de transport d’électron d’Hydro-Québec - bien en-deça des normes de sécurité - s’effondra. Un sapin peut en cacher un autre : information - désinformation - réinformation.
 
Le site du monument fut choisi suite à un appel public demandant à la population de la Haute-Yamaska d’offrir un terrain évocateur du verglas : nature, ruine, tristesse, infrastructure, solidarité. Un site fortuit pour installer en permanence Tomba le Verglas. Dès lors, aménagement d’un lieu de mémoire, un site d’enfouissement du zonage culturel, pour accueillir les futurs visiteurs.
 

En son quartier natal, Philippe Côté se compare aux artistes qui œuvrent en région. Libraire en livre ancien, fasciné par le nouveau, il écrit sur les infrastructures et les mœurs dans les revues Inter et Artères ou dans les publications récentes de Skol, Champ libre, 3e impérial. Il donne des performances et des conférences. Il est membre-résident de la Table en aménagement du Centre-Sud. Il cherche, en tant qu’AMI DES RUINES, à fonder un centre d’interprétation d’un pilier du pont Jacques-Cartier sur le lieu-dit Au-Pied-du-Courant.
 
Il est un des trois membres fondateurs de la Société de conservation du présent, une œuvre impersonnelle en cours depuis 1985. Pendant neuf ans, il élabore Pour une nouvelle cartographie en archivant les énoncés qui articulent le bref manifeste de la Société de conservation du présent :
- le principe d’archives
- l’art de la promesse
- le désœuvrement.
 
Philippe Côté est un auteur montréalais, natif du Centre-Sud. À l’invitation du 3e impérial, il est en résidence de création depuis avril 1998. En mai, il performe avec Massimo Guerrera Résultats d’une enquête sur la ruralité lors du Forum Instants Ruraux à Roxton-Pond. Au cours de l’été, il participe à la rédaction du mémoire Faire, voir… sur l’art actuel des régions déposé par le 3e impérial pendant la Corvée d’idée organisée par Solidarité rurale du Québec. Il termine sa résidence granbyenne avec l’inauguration du nouveau monument Tomba le verglas.
 

Ce projet de Philippe Côté a été réalisé le 6 décembre 1998 dans le contexte du cycle d’exploration Instants Ruraux, un programme de résidences d’artistes et d’activités de création, de réflexion et d’action autour d’un dénominateur commun: la ruralité. 

Résidence en art infiltrant 

Résidence
Avril à novembre 1998

Événements

Inauguration d’un lieu de mémoire
Plaque commémorative, 6 décembre 1998,
 dès 14h et pour l’éternité
ISPA, Base de plein air, 1506 av. du Lac Ouest, Roxton Pond.

Toast à l’hydromel et discours de Martin Poirier et Philippe Côté.
 


Équipe : Danyèle Alain et Doyon/Demers, coordination artistique / Yves Gendreau, logistique, soutien technique et administratif
 
Remerciements : ISPA – Ici Santé Plein Air, La Société d’Histoire de Shefford pour la conservation des archives du monument, Granby Granite Inc dit Monument Ménard, ainsi que Gustave Côté, François Joyal, Sarla Blass-Monfette et Sonia Pelletier.
Le Golf des Lacs, Steelplast Inc. Normand Choinière, André Côté, Nicole Bousquet, Bruno Beauregard, Lucie Brosseau, Les entreprises Jean Brodeur, Granby Granite, Normand Lavoie, Réjean Genest, la municipalité de Roxton Pond. L’artiste remercie le Conseil des arts et lettres du Québec, et le Conseil des Arts du Canada.
 
Photos : © 3e impérial, centre d’essai en art actuel.