Sébastien Vonier

Rue Laurier, Granby, vestige d’un terrain domiciliaire,
Rue Laurier, Granby, vestige d’un terrain domiciliaire,
… demeuré vacant depuis l’incendie de la maison il y a quelques années.
… demeuré vacant depuis l’incendie de la maison il y a quelques années.
Ce terrain devient, pendant quelques semaines, le théâtre d’une archéologie de surface.
Ce terrain devient, pendant quelques semaines, le théâtre d’une archéologie de surface.
Une équipe s’active  autour de cet espace apparemment banal, traçant des repères,
Une équipe s’active autour de cet espace apparemment banal, traçant des repères,
… quadrillant méticuleusement le sol,
… quadrillant méticuleusement le sol,
… grattant la surface pour dégager ce qui s’y trouve.
… grattant la surface pour dégager ce qui s’y trouve.
La grille servira au tracé des objets trouvés.
La grille servira au tracé des objets trouvés.
Pierres, cailloux, fragments de béton ou de plastique, déchets divers.
Pierres, cailloux, fragments de béton ou de plastique, déchets divers.
De retour à l’atelier, le dessin est méticuleusement transféré sur une surface de bois.
De retour à l’atelier, le dessin est méticuleusement transféré sur une surface de bois.
Les fragments et objets trouvés sont codés et reproduits à l’échelle.
Les fragments et objets trouvés sont codés et reproduits à l’échelle.
Peinture à l’huile… abstraction lyrique?
Peinture à l’huile… abstraction lyrique?
Retour au site.
Retour au site.
Traces …
Traces …
Jour festif dans le quartier.
Jour festif dans le quartier.
Transformer l’ordinaire…
Transformer l’ordinaire…
1 sur 26
Interstice

Le travail de Sébastien Vonier s’inscrit dans un champ élargi de la sculpture qui se réfère à l’architecture, à l’urbanisme et à la géographie. Par l’observation des paysages urbains et la réappropriation des codes qui régissent l’usage des espaces publics, il crée, selon les contextes, des pastiches anachroniques dont la forme en apparence usuelle opère un certain décalage tout en proposant une autre réalité, une nouvelle perception de la ville. Plus que des lieux d’accueil, les sites que Sébastien Vonier choisit pour ses projets d’intervention sont les sujets mêmes de son travail. Dans un étroit rapport avec un paysage donné, il attire l’attention sur l’ordinaire et perturbe le quotidien de manière furtive.
 
Inspiré des pratiques de recherches archéologiques, le projet Interstice consiste à mettre en place, sur un terrain à l’abandon d’un quartier résidentiel de la ville de Granby, un dispositif représentant un chantier de fouilles. Cette installation, sans être un réel chantier de fouilles archéologiques, en emprunte néanmoins les codes visuels pour transposer dans une distorsion de la réalité la relation familière du promeneur à ce fragment de paysage. Il s’agit là de créer, en quelque sorte, une faille intersticielle dans le tissu urbain. Certains détails anodins de cet espace en apparence banal et sans histoire sont ainsi révélés par le truchement d’une archéologie de surface, une mise en scène dont le but ultime est de créer des points de vue plus sensibles et plus infimes sur notre environnement et sur notre histoire. En instaurant une pseudo-archéologie du quotidien, Sébastien Vonier pose ainsi une stratégie qui questionne la relation usuelle du passant à un environnement connu, par la transformation de l’ordinaire en extraordinaire.

Sébastien Vonier vit et travaille à Rennes, en France. Il détient un diplôme national supérieur d’expression plastique de l’École des Beaux-Arts de Rennes. Parmi les récentes expositions auxquelles il a participé, citons, en 2005, l’exposition collective In Absentia au centre d’art Passerelle à Brest, l’intervention Sur Place à Bazouges la Pérouse et une exposition à la Galerie Vasistas à Montpellier. En 2004, on a pu voir son travail dans le cadre de FLICK à la Galerie Luc Queyrel à Paris et à l’association Pollen à Montflanquin; il a également présenté l’intervention urbaine 5 bancs publics à Bordeaux, réalisée avec l’association Zébra 3 et Le bruit du frigo. La même année, il a participé à l’exposition collective Voyageur universel à la galerie du Palais du Stutterheim à Erlangen (Allemagne). Il a été invité comme artiste en résidence dans différentes régions de la France. La présentation de son travail dans le cadre du programme de résidence du 3e impérial est une première au Québec

Ce projet de Sébastien Vonier a été réalisé de avril à septembre 2005 dans le contexte du cycle d’exploration Terrains d’entente, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel.

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
16 avril au 6 mai 2005
 
Séjour de production
8 au 28 août 2005
 
Auteure en résidence associée au projet : Viviane Paradis

Événements

Intervention urbaine
27 août au 25 septembre 2005
Lieu : 183, rue Laurier, Granby (Québec)
 
Rencontre avec l’artiste
Samedi 27 août 2005 à 16 h
Lieu : terrain adjacent au site (183, rue Laurier, Granby (Québec))


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Martin Poitras, soutien aux artistes et aux communications / Stéphanie Lagueux, infographie et site web
 
Conseil d’administration : Thomas Grondin, Philippe Côté, Michel Arcouette, Caroline Gagné, Yves Gendreau, Suzanne Joly, Martin Poitras.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Remerciements : Claudette Laflamme, Gérard Brodeur, Caisse populaire Desjardins Haute-Yamaska. Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député Bernard Brodeur.
 
Photos : Bénédicte Olivier, Martin Poitras, Sébastien Vonier. © Sébastien Vonier et 3e impérial, centre d’essai en art actuel