Suzanne Joly

1 sur 1
S'écarter dans le paysage

Le paysage se marche, se pense, il m’apprend. Partout il me concerne. Je m’écarte dedans pour le vivre en corps propre. Des gens, des lieux divers, en ville, en campagne.
 
Je marche en tirant un engin sonore, une structure métallique légère faite de ressorts, montée sur un petit chariot à deux roues. Je porte dans mon dos le cornet amplifiant.
 
J’entre par les plus petits côtés d’un territoire. Je ne le connais pas, j’accepte ce qu’il est. Je m’arrête par moments pour improviser des liens sonores, préoccupée de m’entretenir avec le « vivant ».
 
Sur la route de Waterloo, une maison m’impressionne. Coupée en deux, on dirait une œuvre de Gordon Matta Clark. Je m’exécute. Les voisins questionnent ma présence. Je passe faire un tour chez Malouin, l’entrepôt derrière la quincaillerie : j’y ai déniché pas mal de trucs pour fabriquer mon instrument. Ils m’attendent, curieux.
 
Au camping, aux abords de Granby, le site est investi par des résidents habitant leurs roulottes en sédentaires, souvent depuis plusieurs étés. Ils s’entourent d’une surcharge d’objets bricolés, à la limite l’instrument roulant s’apparente à cette esthétique : une curiosité fonctionnante (Ça crée des liens).
 
Ailleurs sur le trottoir de bois aménagé au-dessus des marais du lac Boivin, la faune présente réagit. Et la marche continue vers le centre-ville, au cimetière devant le monument des Gould, la musique de Glenn en tête et mes sons avec. Ensuite, devant l’une des églises anglicanes choisie pour son architecture de briques et sa cloche surtout.
 
Je prends ce que ce paysage me donne et il prend ce que je rends. 
 
Suzanne Joly

Suzanne Joly est une artiste engagée en région. Elle est associée depuis 10 ans à la démarche des Ateliers convertibles de Joliette, et plus particulièrement à l’expérimentation en contexte urbain de ce centre d’artistes. Elle pratique l’art action depuis 1990 : performance, manœuvre et intervention sonore.

Ce projet de Suzanne Joly a été réalisé de avril à août 2001 dans le contexte du cycle de programmation Supra rural, un programme de résidence et d’art public du 3e impérial, centre d’essai en art actuel qui poursuit une réflexion contextualisée autour des espaces ruraux et rurbains. 

Résidence de création

Séjour de production
21 avril au 11 mai 2001

Événements

Intervention publique / Œuvre sonore ambulante
10 au 12 août 2001
 
Calendrier horaire des interventions
Vendredi 10 août 
10 h - Maison située au 1190 Denison Est, Granby.
11 h - Quincaillerie Malouin, 6400, rue Foster, Waterloo.
14 h - Camping Tropicana, 1680, rue Principale, Granby.
Samedi 11 août 
14 h - Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, 700, rue Drummond, Granby.
Dimanche 12 août :
10h : Cimetière (côté anglais), voisin du 166, rue Cowie, Granby.
11h : Église Unie de Granby, 101, rue Principale, Granby.
14h : Piste cyclable, 75, rue Denison Est, Granby.
 
Rendez-vous quotidien avec l’artiste au 3e impérial, centre d’essai en art actuel
164, rue Cowie, 3e étage, Granby (Québec) à 9h30 et à 13h30.
 
Invitation à joindre Suzanne Joly par courriel pour tout genre de réflexion ou commentaire sur l’intervention S’écarter dans le paysage.
 
Vernissage
Samedi 11 août 2001
16 h - au  Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin : apportez votre pique-nique.


Équipe : Danyèle Alain, coordination artistique / Yves Gendreau, logistique, soutien technique et administratif / Guy Robert, aide technique / Stéphanie Lagueux, infographie et site web.
 
Conseil d’administration : Ronald Richard, Marie-Christiane Mathieu, Philippe Côté, Valérie Blain, Yves Gendreau, Christian Barré, Clôd Desjardins.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Remerciements : Quincaillerie Malouin, Camping Tropicana, Pavillon Faunique Canada, Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, Église Unie de Granby. L’artiste remercie Amélie Rouleau de l’accompagner tout au long du parcours, caméra vidéo en mains; Mathieu Renaud pour l’envoi visuel sur Internet; les humains et autres espèces vivantes qui ont participé à son expérience du territoire par le son; le philosophe Régis de Bray pour son texte sur la mobilité dans « Les diagonales de médiologue ». Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député Bernard Brodeur. 
 
Photos : © Suzanne Joly et 3e impérial, centre d’essai en art actuel.