Véronique Malo

Vidéaste recherche figurants. Rôle : piétons
Vidéaste recherche figurants. Rôle : piétons
Après avoir distribué de main à main cette invitation aux passants, une première séance de tournage a lieu sur un terrain vacant du centre-ville.
Après avoir distribué de main à main cette invitation aux passants, une première séance de tournage a lieu sur un terrain vacant du centre-ville.
L’écran est soumis aux aléas des conditions extérieures…
L’écran est soumis aux aléas des conditions extérieures…
Premières belles journées du printemps : le centre-ville s’anime, les gens sont joyeux et détendus!
Premières belles journées du printemps : le centre-ville s’anime, les gens sont joyeux et détendus!
Près d’une centaine de piétons se prêtent au jeu de la figuration proposé par Véronique Malo.
Près d’une centaine de piétons se prêtent au jeu de la figuration proposé par Véronique Malo.
Avec ces images, l’artiste composera une chorégraphie de marcheurs qui sera projetée dans trois vitrines du centre-ville.
Avec ces images, l’artiste composera une chorégraphie de marcheurs qui sera projetée dans trois vitrines du centre-ville.
Chaque collaborateur est invité à conclure une entente sur les conditions de diffusion.
Chaque collaborateur est invité à conclure une entente sur les conditions de diffusion.
Une pellicule translucide doit être appliqués sur chaque vitrine de projection.
Une pellicule translucide doit être appliqués sur chaque vitrine de projection.
Les images sont diffusées en rétroprojection, du crépuscule à l’aube.
Les images sont diffusées en rétroprojection, du crépuscule à l’aube.
L’effet est saisissant. Les choix et manipulations d’images de l’artiste – les rythmes, la cadence des mouvements, les contours lumineux de chaque personnage ...
L’effet est saisissant. Les choix et manipulations d’images de l’artiste – les rythmes, la cadence des mouvements, les contours lumineux de chaque personnage ...
... apportent une vibration sensible et particulière à l’œuvre.
... apportent une vibration sensible et particulière à l’œuvre.
Ces projections réactivent dans l’espace réel du quotidien, une mobilité des corps transformée en fiction par l’artiste.
Ces projections réactivent dans l’espace réel du quotidien, une mobilité des corps transformée en fiction par l’artiste.
En contrepoint à la circulation automobile, une expérience de la rue est racontée.
En contrepoint à la circulation automobile, une expérience de la rue est racontée.
Le cadre sensible du quotidien est renversé.
Le cadre sensible du quotidien est renversé.
1 sur 23
De passage

Véronique Malo travaille principalement la vidéo et l’installation vidéo comme œuvre d’art public. Elle explore l’identité et le rythme des lieux et s’intéresse à la façon dont la présence, les activités et les pérégrinations de l’humain transforment l’espace et le paysage. Jouant avec les notions de réalité, de temps et d’interaction, elle propose une vision poétique où les tensions et configurations des espaces publics et de l’architecture se juxtaposent aux concepts de communauté, de contemplation et de temporalité.

C’est précisément dans l’espace dynamique d’un centre-ville, sur la rue principale, que Véronique Malo s’engage avec le projet «De passage». Espace de concurrence entre piétons et voitures, la rue s’appréhende par une multiplicité de trajectoires, de vitesses et de temporalités. Espace hétérogène où se croisent des gens de tous les milieux, la rue est aussi un paysage en continuelle mutation. On s’y affaire, on s’y active, on la traverse, chacun vers son objectif, en voiture, à vélo, à pied, en déambulant ou en flânant. Lieu de proximité ou de distance, celle-ci constitue une zone d’action à investir.

Pendant son séjour en résidence, Véronique Malo s’activera à la création d’une chorégraphie singulière mettant en scène des piétons. Il faudra installer un dispositif scénographique dans un parc public puis recruter des acteurs parmi les passants, sur le vif, ou par d’autres stratégies fines. La chorégraphie prendra forme au montage, par la manipulation des images, par la recomposition des rythmes et la cadence des mouvements. La vidéo qui en résultera sera ensuite projetée entre le crépuscule et l’aube, sur quelques vitrines de la rue principale, réactivant ainsi, dans le réel, une mobilité des corps devenue fiction.

Dans le registre de l’écologie urbaine, marcher peut être vu comme un acte de résistance. En contrepoint à la circulation automobile, la présence lumineuse de ces images chorégraphiées, leur charge symbolique, contribuent à infléchir l’ambiance de la ville, permettent d’autres échanges, d’autres interactions. Une expérience de la rue est racontée, le cadre sensible du quotidien est renversé.

Véronique Malo détient un Baccalauréat en Studio Arts de l’Université Concordia à Montréal et de l’Université du Nouveau-Mexique à Albuquerque ainsi qu’une Maîtrise en arts visuels, en média d’impression, de l’Université Concordia. Elle a récemment complété un programme de troisième cycle à Valand School of Fine Arts en Suède. Son travail a été présenté dans le contexte d’expositions et de projections à Montréal, aux États-Unis, en France et en Écosse. En 2009, elle a participé à des résidences de création au Centre d’artistes Est-Nord-Est (St-Jean-Port-Joli, Québec) et à la Galerie sans nom (Moncton, Nouveau-Brunswick). À l’automne 2010, elle participera à des expositions au Centre des arts actuels Skol (Montréal, Québec) et au centre Paved Arts (Saskatoon, Saskatchewan) et prendra part à une résidence dans le cadre des Pépinières européennes pour jeunes artistes à Huesca en Espagne. Elle est récipiendaire d’une bourse au Fonds relève lanaudois pour les arts et les lettres. Elle vit et travaille au Québec, dans la région de Lanaudière.

www.veromalo.net

Ce projet de Véronique Malo a été réalisé de novembre 2009 à mai 2010 dans le contexte du cycle d’exploration L’envers de l’endroit, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel.

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
23 au 27 novembre 2009
 
Séjours de coproduction
29 mars au 18 avril 2010
26 avril au 9 mai 2010
 
Auteur en résidence associé au projet : Jérôme Delgado

Événements

Intervention infiltrante avec projections vidéos
1 au 9 mai 2010, du crépuscule à l’aube
Lieux : dans les vitrines du centre-ville de Granby 
- Société d’histoire de la Haute-Yamaska135, rue Principale, Granby (Québec)
- La Ruche - Les Loisirs de Granby, 279, rue Principale, Granby (Québec)
- Les Fours du roy, 322 rue Principale, Granby (Québec)
 
Rencontre publique
Samedi 1 mai à 20 h 30
Lieu : terrain situé face au 322, rue Principale, Granby (Québec)


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Patrick Beaulieu, soutien technique et communication / Stéphanie Lagueux, infographie et site web /

Conseil d’administration : Caroline Boileau, Murielle Dupuis-Larole, Julie Bélisle, Aline Poulin, Gilles Prince.
 
Remerciements : Les Loisirs de Granby, La Société d’histoire de la Haute-Yamaska, Ville de Granby, Cégep de Granby Haute-Yamaska, Marcel Hervieux et Christiane Pépin (Les Fours du Roy), Martin Arès. Merci à Jocelyn, Marguerite, Sophie, Philippe, Fred, Mélanie et Mikolaj pour leur support et leur participation. Merci aussi à tous les piétons qui ont participé aux tournages et qui figurent sur les images vidéo. Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député François Bonnardel.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Conseil des Arts du Canada (CAC)
 
Photos : Cloé Alain, Patrick Beaulieu, Yves Gendreau. © Véronique Malo et 3e impérial, centre d’essai en art actuel.