Victoria Stanton

1 sur 19
FatherWork-MonTravail

Poursuivant ses explorations interdisciplinaires, Victoria Stanton a entrepris, dans le cadre du projet FatherWork-MonTravail, la réalisation d’un court-métrage qui combine la pellicule Super-8 en noir et blanc, la vidéo numérique et le son. Le processus de création conjugue la réalisation de performances et la prise de photographies et d’images animées dans des contextes mettant en scène un univers inspiré du parcours de son père. L’idée initiale consiste à  établir un parallèle poétique entre la figure archétypale du voyageur de commerce et  celle de l’artiste nomade, entre la vie de son père et la sienne. Son père faisait le commerce de montres. Elle fabrique du sens avec le temps. Il cultivait des relations professionnelles avec ses clients. Elle tisse, depuis 15 ans, à travers ses pérégrinations, des relations qui ont contribué à soutenir et à développer son travail d’artiste.
 
FatherWork-MonTravail est une œuvre d’autofiction dont l’élaboration se fonde sur un travail collaboratif étalé sur un peu plus d’une année, qui a impliqué la participation de William Poulin, un jeune homme rencontré au cours des étapes de repérage du projet, dans des commerces de Granby où le père de Victoria avait jadis développé des liens d’affaires. Au fil des rencontres de travail exploratoire et des séances de tournage qui ont suivi, des affinités et une sensibilité réciproques se sont tissées entre Victoria et William. À la fois mentor et complice, Victoria l’a guidé dans cette aventure de création, basée sur la présence et la conscience performatives. Collaborateur de premier plan, William s’est  impliqué dans une expérience engageante, prenant place parfois dans le contexte d’explorations en atelier, parfois dans les lieux cultes du commis voyageur, et toujours avec l’objectif précis de révéler les zones sensibles d’un espace, d’une histoire, d’une autofiction partagés. William y joue le double rôle du père et de l’artiste nomade.

A performance for the camera, with a young man in front of the camera who is being me being my father. A traveling salesman who is really a performance artist. A performance artist disguised as a traveling salesman. An artist standing in for an artist disguised as a traveling salesman, getting caught on the side of the road and hanging out on the bike path in black & white. He is the young man I will never be. He is me –being my father. He is the intersection of us both. The young man in question is quite amazing. We will spend time getting to know each other… 
Victoria Stanton
 

Cette quête de sens à travers l’expérience de la relation paternelle est restituée sous la forme à la fois éclatée et cohérente d’un parcours offert au public, dans des lieux de transit et de transaction. La chambre d’hôtel, le bar, la bijouterie, le magasin de photo et la boutique d’équipements audio deviennent les dépositaires de fragments qui échafaudent une touchante autofiction : films et photographies s’intègrent au cœur du quotidien de ces commerces, l’espace d’un bref moment.

Fondée  sur la présence et la conscience  performative, la pratique interdisciplinaire de Victoria Stanton rend compte d’une posture où  la négociation avec l’autre est un enjeu à la fois  fondamental et porteur d’un potentiel de transformation réciproque. Le travail de Victoria Stanton a été présenté au Canada, aux  États-Unis, en Europe, en Australie et au Japon. Parmi ses récentes participations (2011-2012) : Les soirées 24 Gauche (Montréal), la 15e édition Traverse Vidéo (Toulouse, France) et J’ACTE, programmation de vidéo-performance (commissaire, Eugénie Cliche), en tournée à travers le Québec.

http://www.bankofvictoria.com/

Ce projet de Victoria Stanton a été réalisé du 8 novembre 2010 au 10 avril 2012 dans le contexte du cycle d’exploration L’envers de l’endroit, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel.

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
8 au 12 novembre 2010
 
Séjours de coproduction en art infiltrant

28 au 3 avril 2011
6 au 9 juin 2011
26 au 10 septembre 2011
9 au 15 janvier 2012

Auteur en résidence associé au projet : Denis Lessard

Événements

Parcours d’œuvres vidéo et photo
10 mars au 10 avril 2012
Lieux :
- Bijouterie Gervais, 159 rue Principale, Granby (Québec)
- Caméra Expert, 215 rue Principale, Granby (Québec)
- Sensation Musicale Hi-Fi, 84 rue Dufferin, Granby (Québec)
- Motel Les Pins, 1523 rue Principale, Granby (Québec)
(vidéo disponible dans deux chambres du motel)

Rencontre publique
Samedi 10 mars 2012
Lieux : 
- Motel Les Pins : 16 h à 17  h
- Sensation Musicale Hi-Fi : 17 h 30 à 18 h

Communiqués
8 mars 2012
2
 janvier 2012


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Patrick Beaulieu, production artistique et communication / Cloé Alain, assistance à la coordination / Stéphanie Lagueux, infographie et site web / Émilie Mouchous, chargée de projet.
 
Conseil d’administration : Caroline Boileau, Dominic Marcil, Julie Bélisle, Ève Cadieux, Amélie Jeannotte, Gilles Prince, Karen E. Spencer.
 
Remerciements : William Poulin, Gerry Poulin, Francine Caron (Sensation Musicale Hi-Fi), Chantal Leduc (Motel Les Pins), François Gervais (Bijouterie Gervais), Line Brodeur (Caméra Expert, Granby), Marc de Bellefeuille et Nathalie (Le Plato, Bar à Tapas), Rosalie Jodoin (Distributeur de l’Est), Leslie Stanton, député François Bonnardel.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Ministère de la Culture des Communications et de la Condition féminine, Conseil régional des élus Montérégie-Est, Ville de Granby
 
Photos : © Victoria Stanton et 3e impérial, centre d’essai en art actuel