Virginie Chrétien

1 sur 21
Dans les parages : des bêtes, des hommes, des rencontres

Parages : n.m.pl.-1544; esp. Paraje « lieu de station », de parar, lat. parare « s’arrêter ». 1. Endroit, espace déterminé de la mer; étendue de côte accessible à la navigation. 2. Environs d’un lieu.
Dictionnaire Le Robert, 1995.
 
Je m’installe là où passe le chasseur, content, rassuré. Il a sa bête. Elle lui appartient. Il lui convient de l’utiliser comme bon lui semble, de s’en nourrir, d’en faire un trophée. Il revient d’un contact privilégié avec la nature, qui l’a rapproché de ses racines,loin du stress du quotidien. Trop excité, il l’a déjà oublié, lorsque tout à coup apparaît l’inattendu: un bateau …Virginie Chrétien
 
Virginie Chrétien se penche sur les enjeux de sa Gaspésie. Son action commence en arpentant ce territoire. Elle remarque qu’il est ponctué, sur les rives du fleuve, de bateaux condamnés, hors mer, hors terre. C’est le «no boat’s land». Elle rebaptise l’un de ces bateaux «Baterre» et décide de faire voyager l’heureux élu par voie terrestre pour l’amener à plus de 800 km d’est en ouest. Ce sera son ultime voyage, sa grande traversée. Puis elle amarre ce fragment résiduel de la Gaspésie en terre montérégienne, à quelque distance d’un poste d’enregistrement du gros gibier de chasse sis dans le commerce d’un taxidermiste. Le «Baterre» devient son poste d’affût, sa «watch» et son domicile-fixe-temporaire. Depuis cet observatoire, on voit venir les chasseurs de loin. Cinq jours durant Virginie Chrétien tente de captiver le chasseur qui a son butin. Casquée comme il le faut, elle s’avance parfois à l’orée, pour l’inviter à s’embarquer à bord du «Baterre» afin de vivre une expérience « supramaritime » et retrouver un peu de ses instincts perdus.

Virginie Chrétien vit en Gaspésie et est diplômée d’un baccalauréat en arts plastiques de l’Université Laval à Québec (2000). Elle s’est impliquée activement au sein de L’îlot fleurie, un organisme artistique de Québec. Elle présente ici sa première exposition solo.
 
Avec fraîcheur et humour, Virginie Chrétien crée un univers symbiotique inusité par association et rencontre. Le naturel et l’artificiel, le vrai et le faux, le passé et le présent y cohabitent dans une étroite union. Artiste manieuse, elle questionne l’identité d’objets usuels témoins, poétise avec la matière et son pouvoir évocateur pour jouer avec la frontière des sens. Cet univers qu’elle crée trouble les limites des mondes qu’il aborde: tantôt onirique, merveilleux et réaliste. Elle s’interroge sur la notion d’appropriation, sur l’abus et la domestication de la nature libre et sauvage ainsi que sur la problématique du «jeter pour acheter».
 
En ces temps frisquets et incertains, n’attendons pas, provoquons l’inattendu.
Recette immanquable pour provoquer l’inattendu :
D’abord sélectionner avec rigueur ce qui se présente
Puis cueillir
Ensuite, découper, trancher ou scier au besoin
Amener la rencontre des éléments
Sortir la colle
Assembler en chantant,
Sélectionner à nouveau en attendant
Et hop ! L’inattendu accessible à tous. – V.C.

Ce projet de Virginie Chrétien a été réalisé de juin à décembre 2001 dans le contexte du cycle d’exploration Supra rural, un programme de résidence et d’art public du 3e impérial, centre d’essai en art actuel qui poursuit une réflexion contextualisée autour des espaces ruraux et rurbains. 

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
Juin 2001
 
Séjour de production
15 septembre au 15 novembre 2001
 
Auteure en résidence associée au projet : Sylvie Cotton

Événements

« Domicilière » des parages depuis son mirador
17 au 22 novembre 2001
L’artiste occupe son «Baterre» et les alentours en permanence temporaire
 
Installation témoin, exposée à tout vent qui s’amène.
23 novembre au 9 décembre 2001
 
Vernissage
Samedi 17 novembre 2001 à 14 h
Virginie Chrétien inaugure son «Baterre», cette barque de pêche gaspésienne qu’elle a transportée en Montérégie pour en faire son poste d’affût et son domicile-fixe-temporaire.
Lieu : 1211 rue Denison Ouest, à Granby (Québec)
Vêtements et chaussures de saison sont de mise


Équipe : Danyèle Alain, coordination artistique / Yves Gendreau, logistique, soutien technique et administratif / Guy Robert, aide technique / Stéphanie Lagueux, infographie et site web.
 
Conseil d’administration : Ronald Richard, Marie-Christiane Mathieu, Philippe Côté, Valérie Blain, Yves Gendreau, Christian Barré, Clôd Desjardins.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Remerciements : Réjean Desroches, George Landry. L’artiste remercie ceux et celles qui ont participé de près ou de loin à ce projet fou. Un merci unique à Ti-Louise. Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député Bernard Brodeur. 
 
Photos : Stéphane Lalonde et Virginie Chrétien. © Virginie Chrétien et 3e impérial, centre d’essai en art actuel.