Baliser le réel

1 sur 1

Baliser le réel
Intervention du collectif 3e impérial dans le cadre de la conférence ResArtis 2010
 
Action réalisée dans le contexte de l’assemblée générale de ResArtis Les Amériques : pratiques artistiques indépendantes à l’ère de la mondialisation
 
Événement organisé par le RCAAQ, commissarié par Mathieu Beauséjour
Montréal, 6 au 10 octobre 2010
 
6 au 9 octobre 2010 - Intervention infiltrante du collectif 3e impérial, Conférence ResArtis 2010
8 octobre 2010 – Conférence de Danyèle Alain (directrice du 3e impérial) et de Caroline Boileau (présidente du 3e impérial) sur les pratiques d’art infiltrant.
 
Dans sa globalité, cette action collective cartographie un espace symbolique de la mobilité et des croisements culturels et sociaux. Tel un monumental relais, elle dessine un marquage du champ des mobilités quotidiennes par l’appropriation d’espaces de transit. Elle postule que nous sommes tous, dans l’espace temps, allochtones et autochtones de moments et de lieux. C’est, en quelque sorte, un écho à l’expérience créative de la résidence d’artiste, qui, aux frontières mouvantes de l’identité et de l’altérité, permet le rebondissement, génère la découverte de nouveaux potentiels et la construction de l’imaginaire des lieux…
 
La construction de l’imaginaire des lieux est affaire de localisation fine et précise, et ce, à différentes échelles territoriales. Il faut trouver ses repères et ancrer temporairement ou de manière durable, sa propre histoire dans l’actualité d’un lieu.
Julie Boivin, extrait du texte Ontologie d’un territoire, à paraître en février 2011 dans une publication du 3e impérial intitulée Champs d’intérêt : infiltrer, habiter, spéculer [III]
 

Action du collectif 3e impérial
 
Le processus de cette action s’est amorcé quelques semaines avant la tenue de la rencontre ResArtis. Des porteurs de jalons, de diverses générations et cultures, balisèrent, pendant de brefs moments, dans des lieux publics ou privés, un parcours débuté à Granby, ville située à 85 km à l’est de la métropole et qui prit fin en se disséminant au cœur de Montréal.
 
Ces marquages symboliques ont été retransmis en séquences vidéos du 6 au 8 octobre, à la rencontre ResArtis, dans l’espace de circulation quotidien des participants. Près de l’écran vidéo, quelques jalons colorés étaient déposés dans un baril.
 
Le 8 octobre, au moment précis où les panels de la journée prenaient fin, une action se déroulait depuis l’entrée extérieure du bâtiment. Deux cents jalons étaient acheminés à l’intérieur de main à main, par une chaîne humaine, formant une chorégraphie singulière, en amont de la horde des participants qui se dirigeaient vers la sortie. Les jalons colorés se sont massivement accumulés autour de l’écran en une composition aléatoire et rythmée. Le lendemain, parmi cet amoncellement, l’écran vidéo retransmettait des séquences de l’action.
 
Nous tenons à adresser un merci tout particulier à Yves Gendreau, sculpteur, qui a prêté 200 jalons peints, pour la réalisation de cette action. Le jalon est une figure constante dans son travail, tant par son aspect symbolique que par son côté formel et structurant. Bâtisseur d’idées instables ou interprète de la construction cacophonique, Yves Gendreau propose des chantiers comme calque de l’activité humaine. Ses structures/sculptures ont une facture délibérément saturée, à l’image de nos sociétés complexes qui oscillent entre l’ordre et le chaos. Au cours des deux dernières décennies, son travail a été présenté dans plusieurs expositions solo, événements et symposiums au Québec, au Canada, en Suisse et en France. Depuis 2000, il a réalisé des œuvres d’intégration à l’architecture. Parallèlement à sa pratique, il s’active à la direction technique et administrative du 3e impérial, centre d’essai en art actuel à Granby dont il est membre fondateur.
 

ÉQUIPE DE PRODUCTION

Équipe de production : Danyèle Alain, Patrick Beaulieu, Caroline Boileau, Yves Gendreau, Cloé Alain.
Remerciements:
- à Patrick Beaulieu pour son travail impeccable à la caméra vidéo, à la coréalisation et au montage des séquences vidéos;
- à Swann Bertholin pour l’acuité de la documentation photo;
- à tous les porteurs de jalons : Léa Alain-Gendreau, Yan Emmanuel Plourde-Archer, Léa Noémie Plourde-Archer, Amélie Jeannotte, François Turcot, Caroline Loncol Daigneault, Pascal Laprade, David Barabé, Félix Leblanc, Serge Marchetta, Daniel Canty, Ève Cadieux, Gilles Prince, Alexandre Poulin, Tova Roy, Alexis Cassivi, Hugo Cassivi, Caroline Boileau, Mathieu Hanfield, Isabeau Blanche, Jacques Landesque, Françoise Gendreau, M’Baye Fall.