Projets collectifs

1 sur 1

NOS PROJETS COLLECTIFS DEPUIS 1988
 
Baliser le réel - Montréal (Québec), 2010
Dans sa globalité, cette action collective cartographie un espace symbolique de la mobilité et des croisements culturels et sociaux. Tel un monumental relais, elle dessine un marquage du champ des mobilités quotidiennes par l’appropriation d’espaces de transit. Elle postule que nous sommes tous, dans l’espace temps, allochtones et autochtones de moments et de lieux. C’est, en quelque sorte, un écho à l’expérience créative de la résidence d’artiste, qui, aux frontières mouvantes de l’identité et de l’altérité, permet le rebondissement, génère la découverte de nouveaux potentiels et la construction de l’imaginaire des lieux…
 
Signaux - Granby (Québec), 2002
Les artistes du 3e impérial, centre d’essai en art actuel présentent une programmation de performances, installations, projections vidéo, art audio, art réseau, pour signaler leur présence et celle de plus de 50 centres d’artistes rassemblés à Granby à l’occasion de la rencontre annuelle du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ) et de la journée de réflexion autour des Perspectives de développement des centres d’artistes.
 
ALICA - Alliance pour la circulation de l’art - Plusieurs régions du Québec, 2001
ALICA est une entreprise de mobilisation et d’action artistique en huit mouvements sur le thème de la territorialité et sur les facteurs identitaires de communautés habitant ces territoires suite à une réflexion sur la question de l’autonomie de la pratique multidisciplinaire artistique et de son intégration aux différents zonages du territoire. Huit manœuvres artistiques utilisent le territoire géographique et virtuel comme support tout en mettant en relief un rapport avec la communauté. Chaque manœuvre est réalisée dans une région différente et spécifique du Québec.
 
Effet de lieu : une non-exposition - 1997
« La totalité des propositions de Effet de lieu combat la peur que produit de nos jours l’absence d’utopies, seules capables de modifier le futur. Tous les artistes participant au projet seraient de dignes conférenciers dans un symposium virtuel de pataphysique, la science des solutions imaginaires inventée par Alfred Jarry. Dès lors, qui oserait nier la possibilité que la techno-science contemporaine puisse offrir les moyens de production nécessaires à la réalisation des intuitions de cette collection de propositions chimériques? Que le lecteur se souvienne lorsqu’il s’aventure entre ces pages, qu’en tout point de l’arc-en-ciel les cieux sont bleus et que les rêves qu’on se risque à rêver se réalisent vraiment. Effet de lieu n’est pas une fuga mundi, mais plutôt une creatio mundi. »
Vicente Carretón Cano « La Fiction dans tous ses états », Effet de lieu, 3e impérial, 1997, p.100.
 
À l’affût : une chasse dans la forêt boréale - Hautes Laurentides et Montérégie (Québec), 1994
Des artistes du Haut 3e Impérial ont accepté l’invitation du collectif d’artistes Boréal Multimédia de partager une action sur un thème commun : un regard artistique sur la réalité de la chasse, dans leurs régions respectives.
Danyèle Alain, Yves Gendreau, et Pierre Tardif ont choisi d’investir trois lieux situés dans des zones rurales de la Montérégie. Les trois interventions proposent des pistes de réflexion afin de mettre en perspective la réalité contemporaine d’une activité ancestrale…dont le caractère sacré s’est peu à peu évaporé dans le smog et la frénésie du progrès… (D. Poulin)
 
L’art et l’eau - Rencontre continentale - Granby (Québec), 1994
Une deuxième édition de L’Art et l’eau (la première ayant eu lieu en 1988) est présentée sur le lac Boivin. Le commissaire invité, Domingo Cisneros, l’associe à la Rencontre continentale en réunissant onze artistes provenant de différentes régions du continent américain.
 
L’art et l’eau - Granby (Québec), 1988
Parmi les événements qui ponctuent le parcours du 3e impérial, l’événement L’Art et l’eau, un symposium de sculptures et d’installations in situ sur le lac Boivin, a confirmé dès ses débuts l’approche visionnaire et novatrice du collectif. Réalisé en 1988, L’Art et l’eau, une idée originale du sculpteur Yves Gendreau, a marqué l’histoire des symposiums d’art au Québec, en offrant à des artistes un tremplin d’expérimentation unique et aux publics un contexte d’exposition inédit dans le champ des arts visuels. Six artistes y ont créé des œuvres audacieuses et originales, conçues pour être présentées dans et sur l’eau du lac Boivin pendant tout un été.