TRACT

Martin Dufrasne

Les derniers préparatifs en atelier avant de s’installer sur la rue Principale.
Les derniers préparatifs en atelier avant de s’installer sur la rue Principale.
Le choix est fait le projet se déroulera au 223 rue Principale.
Le choix est fait le projet se déroulera au 223 rue Principale.
À l’intérieur on s’affaire à changer la couleur des murs.
À l’intérieur on s’affaire à changer la couleur des murs.
Les murs qui étaient oranges sont maintenant blancs. Reste à s’installer.
Les murs qui étaient oranges sont maintenant blancs. Reste à s’installer.
Comment s’installer?
Comment s’installer ?
Intervention en vitrine et offres d’emploi.
Intervention en vitrine et offres d’emploi.
Le matelas intact pendant la semaine de recrutement.
Le matelas intact pendant la semaine de recrutement.
Les boîtes lumineuses s’additionnent.
Les boîtes lumineuses s’additionnent.
Le poste d’emploi et sa salle des attentes.
Le poste d’emploi et sa salle des attentes.
déconstruction
déconstruction
uppercut
uppercut
Victoire!
Victoire !
Installer un terrain d’entente.
Installer un terrain d’entente.
Conversation avec les Nicoles.
Conversation avec les Nicoles.
funambule
funambule
Dimanche 31 août.
Dimanche 31 août.
vernissage
vernissage
La boucle est bouclée, l’art se vautre dans la rue.
La boucle est bouclée, l’art se vautre dans la rue.

Résidence — Artiste

Ce projet a été réalisé dans le contexte d’une résidence de coproduction en art infiltrant de décembre 2002 à août 2003.

Le projet est associé à la résidence d’auteure de Nathalie de Blois.

 

J’aimerais étirer les choses comme on le fait avec les moments, dans le but insensé de les faire durer. Je souhaite ainsi performer les objets, leur trouver une nouvelle étendue, un nouveau potentiel nous permettant de mieux les saisir, de mieux les comprendre. À cet égard, n’est-il pas curieux que tout ce vocabulaire connote une activité qui semble beaucoup plus tactile qu’intellectuelle ? ALORS MANIPULONS ! – Martin Dufrasne.

Martin Dufrasne s’amuse à mettre à l’épreuve à la fois les contextes et les prétextes de la pratique artistique. En novembre dernier lors d’un repérage préparatoire pour sa résidence au 3e impérial, il s’intéresse à l’histoire industrielle de la région et trace spontanément des liens entre certaines activités d’entreprises locales à travers le temps. Qu’il s’agisse d’usines d’élastique, de caoutchouc, de ressort ou même de confiserie spécialisée en bonbon-gélatine, il ne retient de celles-ci qu’un dénominateur commun : un savoir-faire technologique appliqué à l’élasticité et à la résistance. Dès lors, il déclare symboliquement Granby, ville-creuset de la souplesse. Voilà le contexte idéal pour poursuivre une recherche sur les potentiels de mutation en sculpture et particulièrement sur les caractères du transitoire et du parcellaire à travers le projet TRACT.

Avec humour, il compte profiter de son séjour au 3e impérial pour modifier sa pratique de plasticien en devenant élasticien, le temps d’un projet. L’intitulé du programme de résidence Terrains d’entente nous place au cœur d’un différend, mais lequel ? Sans doute que pour chaque artiste, ce programme fait résonner une cause, un besoin ou même une évidence différente à défendre. Quoi qu’il en soit, pour tous, il fait appel de façon tacite, à la recherche d’un accord ou du moins à la discussion et à l’échange

Pour établir, tendre et détendre des liens avec les habitants, Martin Dufrasne conçoit donc un projet à contrats engageant… Pour y arriver il opère en deux temps : d’abord en établissant un centre d’emploi dans un local commercial du centre-ville où il recrutera des opérateurs et des figurants pour le second volet. Puis, à l’aide des candidats sélectionnés pour leur compétence, il installera un environnement qui sera altéré quotidiennement. Ce terrain d’entente figuré fera office d’espace de mise en scène dans lequel il immortalisera ces rencontres critiques.

 

Terrains d’entente – Résidences d’artistes [2002-2005], 3 min 56 s.

Médiagraphie

À venir

La pratique interdisciplinaire de Martin Dufrasne se manifeste principalement à travers l’installation, la sculpture et la performance. Ses œuvres questionnent les notions de valeur, de transformation et d’engagement. Depuis 1998, il poursuit en parallèle à sa pratique individuelle un travail en duo avec l’artiste Carl Bouchard. Ce corpus aborde pour sa part des sujets liés à des questions d’identité, d’altérité et de relation. Martin Dufrasne est aussi coordinateur des projets spéciaux au centre de diffusion d’art multidisciplinaire de Montréal DARE-DARE.

Séjour de prospection
Décembre 2002 et juin 2003

Séjour de production
01 au 31 août 2003

Mouvements

11 au 23 août 2003

Lieu : local commercial du centre-ville
328, rue Principale, Granby (Québec)

Le projet est visible en vitrine jusqu’au 01 septembre 2003

Rencontre festive

Dimanche 31 août 2003 à 15 h

Lieu : local commercial du centre-ville
328, rue Principale, Granby (Québec)

Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Martin Poitras et Guy Robert, aide technique / Isabelle Richer, assistance aux communications / Réjeanne Laliberté, soutien administratif / Stéphanie Lagueux, infographie et site web.

Philippe Côté, Valérie Blain, Yves Gendreau, Christian Barré, Martin Poitras, Christian Ravenelle.

Nicole Courtaud, Nicole Gabo, Yoann Inkel et As. Yan.

Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, CHASCO et député Bernard Brodeur.

Sauf mention © Martin Dufrasne et 3e impérial, centre d’essai en art actuel, 2002-2003.

Exporter les données bibliographiques produites par e-Artexte
Exporter
Consulter sur e-Artexte