Parer l’imparable

Patrice Duchesne

14 février, journée de la Saint-Valentin, performance privée au poulailler de Paul Bousquet à Granby.
14 février, journée de la Saint-Valentin, performance privée au poulailler de Paul Bousquet à Granby.
150g de chocolat en bouche.
Quelques milliers de poules.
Quelques milliers de poules.
Permis d’utilisation d’un bien public accordé par la ville de Granby pour performance publique au parc René-Lévesque du 5 au 8 mars 2003.
Permis d’utilisation d’un bien public accordé par la ville de Granby pour performance publique au parc René-Lévesque du 5 au 8 mars 2003.
En route pour le parc, «je suis suivi par une chaise qui veux  m’embrasser».
En route pour le parc, «je suis suivi par une chaise qui veux m’embrasser».
Apprivoiser et scruter l’espace.
Apprivoiser et scruter l’espace.
Réaménagement de l’espace.
Réaménagement de l’espace.
Calfeutrage et renchaussage.
Calfeutrage et renchaussage.
Artefacts
Artefacts.
Hors-d’oeuvres : Dégustation au salon.
Hors-d’oeuvres : Dégustation au salon.
Plat de résistance.
Plat de résistance.
Performance au Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin du 10 au 16 mars 2003.
Performance au Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin du 10 au 16 mars 2003.
Complices d’un instant.
Complices d’un instant.
Cliché croqué sur le vif par les complices.
Cliché croqué sur le vif par les complices.
Tableau impressionniste.
Tableau impressionniste.
Autoportrait au regard lointain.
Autoportrait au regard lointain.
Regarder la cîme.
Regarder la cîme.
3e jour - «Ne nourrissez pas les artistes».
3e jour - « Ne nourrissez pas les artistes ».
Terrain d’entente.
Terrain d’entente.
4e jour au Centre de la nature.
4e jour au Centre de la nature.
«La preuve la plus flagrante de l’existence de Dieu : cet oiseau sur une branche.»
« La preuve la plus flagrante de l’existence de Dieu : cet oiseau sur une branche. »
Une famille se prête au jeu.
Une famille se prête au jeu.
Rencontre avec deux joueuses de tours.
Rencontre avec deux joueuses de tours.
Cliché croqué sur le vif par deux joueuses de tours.
Cliché croqué sur le vif par deux joueuses de tours.
Samedi 22 mars, 15 h.
Samedi 22 mars, 15 h.
Action : parant l’imparable.
Action : parant l’imparable.
Petite tonte : apiculteur à l’œuvre.
Petite tonte : apiculteur à l’œuvre.
Allegro : musicien au ciseau.
Allegro : musicien au ciseau.
Finition de mains d’artiste.
Finition de mains d’artiste.
Pipeline cervical.
Pipeline cervical.
Passage intergénérationnel.
Passage intergénérationnel.
Duo à l’œuvre.
Duo à l’œuvre.
Plasticity
Plasticity.
Concerto pour flûte poilue.
Concerto pour flûte poilue.
Opus 2
Opus 2.
DJ culinaire pour un public affamé.
DJ culinaire pour un public affamé.

Résidence — Artiste

Ce projet a été réalisé dans le contexte d’une résidence de coproduction en art infiltrant de janvier à mars 2003.

Le projet est associé à la résidence d’auteure de Nathalie de Blois.

La sexualité n’est pas une affaire de mœurs. C’est ce qui teinte. Assis dans ma chaise, je pense que je suis debout et que je vole. Cette berçante est une berceuse. À la pharmacie, il y avait Céline et du chocolat; j’ai choisi le deuxième. Ma bouche a un volume de 150 grammes. À parer l’imparable, je me dorlote au flou, au vague et à l’inconcis. Tout est tellement plus clair quand on a les deux pieds dans la merde.

La preuve la plus flagrante de l’existence de Dieu : cet oiseau sur une branche. D’après les bonhommes, l’hiver, si tu ne veux pas geler, il faut calfeutrer et renchausser. Si la municipalité le permet, je m’appliquerai au parc René Lévesque à protéger du froid cet espace en améliorant son étanchéité défaillante. Les gens, ravis par cette chaleureuse incursion dans leur tissus urbain, n’auront d’autre choix que de saluer cette œuvre et de prendre exemple sur celle-ci, comme un don de soi pour le bien de tous. Je veux devenir un modèle pour cette ville.

Quand la terre est gelée, est-ce que le terrain d’entente l’est aussi ? Se promener, calme. C’est bien connu, je suis suivi par une chaise qui veut m’embrasser, ca calme aussi. Peut-être suis-je un homme sandwich ou une mangeoire fuyante, on me le dira bientôt. En attendant, il y a sculpture lente, maturation secrète et transmutation; des gras se déforment et se réforment, je me dis que ce serait un fil parfait. Le bouillon est prêt et ca reste chaud longtemps.

Patrice Duchesne s’intéresse aux multiples formes de la vie, à la vivacité des êtres, à la sensualité, au chaos originel. Par l’utilisation symbolique d’objets choisis qu’il sublime, poétise et réorganise en systèmes complexes, il opère des glissements sensoriels par de savants dispositifs installatifs qu’il amplifie souvent par la performance. Son travail, tout en tension, parle d’intimité, de sensualité et de liberté sauvage.

Son projet de résidence annonce une suite d’interventions dans un espace volontairement éclaté et éclectique. Manigances subtiles ou grotesques pour « parer l’imparable » en un cycle poétique dont les mouvements prennent place au poulailler, dans la rue et au parc de la nature.

 

Terrains d’entente – Résidences d’artistes [2002-2005], 4 min 10 s.

Médiagraphie

À venir

Patrice Duchesne a obtenu un baccalauréat interdisciplinaire à l’Université du Québec à Chicoutimi en 1995. Il est membre fondateur de la galerie Le Lobe et des Ateliers Touttout à Saguenay, son lieu de vie et de travail. Il a reçu des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada et a réalisé, au Québec, des œuvres d’intégration des arts à l’architecture. Parmi ses expositions, citons Collection soluble (Centre en art actuel Le lieu, Québec, 2003), Familles x, tableau 4 (L’œil de Poisson, Québec, 2002) et les installations/performances Autopsie du quotidien (Espace virtuel, Chicoutimi, 2001) et Des bijoux de recettes (Fondation Danaé, France, 2000).

Séjour de prospection
06 au 10 janvier 2003

Séjour de production
14 février au 22 mars 2003

Performances

14 février 2003
Lieu : Poulailler Paul Bousquet

05 au 08 mars 2003
Lieu : Parc René-Lévesque
Rue Principale, Granby (Québec)

10 au 16 mars
Lieu : Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin (CINLB)
700 rue Drummond, Granby (Québec)

Rencontre festive / Performance de clôture

Samedi 22 mars 2003 à 14 h

Lieu : 3e impérial, centre d’essai en art actuel
164, rue Cowie, 3e étage, local 328, Granby (Québec)

Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Martin Poitras, Guy Robert, aide technique / Isabelle Richer, assistance aux communications / Réjeanne Laliberté, soutien administratif / Stéphanie Lagueux, infographie et site web.

 

Philippe Côté, Ronald Richard, Valérie Blain, Martin Poitras, Yves Gendreau, Christian Barré, Patrick Beaulieu.

Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin et tous les promeneurs complices qui ont participé aux séances photo, Paul Bousquet, agriculteur. Alex Jones et René Lévesque.

Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, CHASCO et député Bernard Brodeur.

Sauf mention © Patrice Duchesne et 3e impérial, centre d’essai en art actuel, 2013. Photos : Patrice Duchesne et Christian Ravenelle et 3e impérial.

 

Exporter les données bibliographiques produites par e-Artexte
Exporter
Consulter sur e-Artexte