LES TRACES DES PRATIQUES INFILTRANTES RACONTÉES (ET LE RÉCIT NARRÉ D’UNE RÉSIDENCE)

Auteure : Marie-Ève Leclerc-Parker
Sous la direction de Danyèle Alain
avec la collaboration de David Beauchamp
Conception graphique de Pata Macedo
Texte en français
8 pages, 2015
ISBN 978-2-9809723-5-5
3 $

Dans cet essai, l’auteure s’intéresse à la notion de « trace », de mémoire et d’archives orales. Ses recherches portent sur le rôle de la narrativité et du récit dans les pratiques de l’art infiltrant opérées par le 3e impérial.

Premier titre de la nouvelle collection Les carnets de l’art infiltrant, destinée à diffuser les idées fraîches et à promouvoir le développement et le renouvellement de la pensée critique en art actuel.

Essai produit dans le cadre d’une résidence pour critique de la relève proposée en 2014-2015 par le 3e impérial, centre d’essai en art actuel aux étudiants universitaires du Québec et hors-Québec.

Marie-Ève Leclerc-Parker est une auteure émergente qui s’intéresse à l’art actuel sous toutes ses formes, du furtif au performatif. Auxiliaire de recherche et étudiante à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal, ses recherches gravitent autour de la résidence d’artistes dans les centres d’artistes autogérés du Québec et, plus particulièrement, sur la résistance de cette pratique à la définition.