Colloque Un art public éthique : perspectives canadiennes

© Collectif Bonneau-Knight. Photo : Dany Janvier.
© Collectif Bonneau-Knight. Photo : Dany Janvier.
© Richard Ibghy & Marilou Lemmens, "Maison souterraine pour rat avec plusieurs entrées et sorties (d'après Calhoun, 1963)", dessin, 2022.
© Richard Ibghy & Marilou Lemmens, "Maison souterraine pour rat avec plusieurs entrées et sorties (d'après Calhoun, 1963)", dessin, 2022.
1 sur 2

COLLOQUE
Un art public éthique : perspectives canadiennes 

À Granby le 26 août 2022
3e impérial, centre d’essai en art actuel
164, rue Cowie, 3e étage

Le 3e impérial est l’hôte, pour une journée, du Colloque Un art public éthique : perspectives canadiennes qui se déroule du 24 au 27 août 2022. Le colloque est organisé par le Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal, en partenariat avec le Centre d’exposition de l’Université de Montréal, l’Université Concordia et les centres d’artistes Dare-Dare (Montréal), Verticale (Laval) et 3e impérial (Granby).

Inscription requise pour chaque journée du colloque
Programme complet
 

PROGRAMME DE LA JOURNÉE DU 26 AOÛT À GRANBY

Inscription requise pour la portion de 10 h à 14 h
Entrée libre à partir de 14 h

10 h à 12 h 30
PANEL
Un art public éthique : organismes artistiques à but non lucratif

Intervenants :

Glenn Alteen / Grunt Gallery, Vancouver
– Can public art address and mitigate some of the harmful effects of gentrification?

Noa Bronstein & Shani Khoo Parsons / Gallery TPW, Toronto
– The Parkette Projects: A Case Study in Curatorial Ethics and Public Art

Eddie Ayoub & Josh Ruth / Art City Inc, Winnipeg
– True Artistic Collaboration: Twenty-Five Years of Public Art Engagement

Marta Keller-Hernandez / Mural Routes, Toronto
– 25 years of community-engaged public mural art––lessons learnt and considerations for the future

Lena Krause / MONA, Montréal
– Expérience en cours: Weaving Ethical Questions Around Public Art, Open Data and Cultural Mediation in a Mobile App

Allison Yearwood / Plug-In ICA, Winnipeg
– STAGES Biennial

Modératrice :
Charlotte Panaccio-Letendre / Verticale, Laval

Intervention artistique
COLLECTIF BONNEAU-KNIGHT
Projet co-variances

12 h 30 à 14 h
PAUSE DÎNER et Exploration MONA

14 h à 17 h 30
LANCEMENTS
Ouvert à toutes et tous, inscription non requise pour cette portion de la journée

Installation in situ
RICHARD IBGHY & MARILOU LEMMENS
Services de voirie et d’architecture pour animaux
Visite sur les Sentiers de la rivière Yamaska

Nouvelle parution
QUAND L’ART INFILTRE LES TERRITOIRES IN SITU, IN SOCIUS, IN RURALIS
Autrice : Noémie Fortin
De la collection Les Carnets de l’art infiltrant

Sous la direction de Danyèle Alain
avec la collaboration de Marie-Claude De Souza et Valérie Blain
Conception graphique de Pata Macedo
Texte en français
12 pages, 2022
ISBN 978-2-9809723-7-9
Prix : 4 $

Cet essai est le deuxième titre de la collection Les carnets de l’art infiltrant, destinée à diffuser les idées fraîches et à promouvoir le développement et le renouvellement de la pensée critique en art actuel. L’autrice se penche sur des pratiques artistiques qui contribuent à redéfinir la ruralité. Ses réflexions sont abordées sous l’angle d’un art rural critique, à partir d’enjeux liés aux territoires géographiques, sociaux et conceptuels.

Nouveau site web
35 ANS D’ARCHIVES / 3e-imperial.org (en ligne à partir du 26 août 2022)
Collaboration : Artexte

Une version neuve et enrichie du site du 3e impérial, centre d’essai en art actuel rendant accessible 35 ans de fières archives textuelles et visuelles !

 

NOTICES BIOGRAPHIQUES

Collectif Bonneau-Knight est composé d’Isabelle Bonneau et Emily Knight qui se consacrent, depuis 2016, à une démarche commune d’artistes-marcheuses en communion avec la géographie et le paysage de la ruralité québécoise. Leur recherche se fonde sur le développement d’un lien affectif avec ce territoire qui nous constitue. Leur pratique sonde et décrit l’interaction du corps-temps-lieu, articulée par le dessin dans sa forme la plus fondamentale, la ligne, à travers divers médias. S’inspirant des pratiques cartographiques et questionnant la fragmentation territoriale appliquée à un milieu vivant – ce cadre d’abstractions qui impose une compréhension occidentale du territoire – Bonneau-Knight cherche à les détourner et à les réinterpréter, privilégiant des méthodes imprécises appuyées sur la lenteur, la répétition et la sérialité. Leur pratique repose sur un contact à pied, une expérience intime du lieu. Au cœur de leur démarche se trouve un processus collaboratif absolu; le travail qui en résulte est tributaire de cet espace partagé. “A walked line can never be erased.” -Hamish Fulton

Collectif Bonneau-Knight a reçu des bourses du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Lauréat du Prix des Arts Visuels 2019 de Culture Centre-du-Québec, son travail a été diffusé à la BNSC de Trois-Rivières, au programme Banc d’essai de la SAT et récemment dans Racontages, commissarié par Jeanne Couture et présenté au Centre d’art Jacques-et-Michel-Auger de Victoriaville. Le collectif est membre du Arts Territory Exchange (aTE), un réseau international d’artistes et de pratiques artistiques qui répondent à la géographie de leur territoire de production. Bonneau-Knight est à développer un Atlas de paysages d’une toute petite parcelle de territoire de 70 acres arpentés dans le contexte d’une résidence en micro-édition au Centre Sagamie.
bonneau-knight.com

Richard Ibghy et Marilou Lemmens créent des installations, des vidéos, des sculptures, des photographies et des livres d’artistes. Leur pratique collaborative combine une approche concise de la forme et de la construction de l’objet d’art avec un désir de rendre les idées visibles. Depuis plusieurs années, ils se penchent sur l’histoire et le pouvoir des méthodes scientifiques, dont le langage de l’économie, la magie des statistiques, la capacité des modèles à influencer l’avenir, l’esthétique de la visualisation des données et le design des expériences en laboratoire. Plus récemment, leurs œuvres ont porté sur un élargissement des concepts d’hospitalité, de soin et de communication entre les espèces.

Leurs œuvres ont fait l’objet de nombreuses expositions monographiques, notamment au Ulrich Museum of Art (É.-U., 2021), à la Fondation Grantham pour l’art et l’environnement (Canada, 2020-2021), au Bemis Center (É.-U., 2019), à VOLT / Visningsrommet USF (Norvège, 2018), à la Audain Gallery (Canada, 2018) au Agnes Etherington Art Centre (Canada, 2017), au International Studio & Curatorial Program (É.-U., 2016), à la Esker Foundation (Canada, 2016) et à la Galerie Leonard & Bina Ellen (Canada, 2016). Leur travail a été présenté dans des expositions de groupe et des événements internationaux incluant à la Biennale de Fiskars (Finlande, 2019), au Columbus Museum of Art (É.-U., 2018), à la OFF-Biennale Budapest (Hongrie, 2017), au Musée d’art contemporain de Montréal (Canada, 2018), à la Bienal de Cuenca (Équateur, 2016), à la Biennale d’Istanbul (Turquie, 2015), à La Filature, Scène Nationale et La Kunsthalle (France, 2013), au Henie Onstad Kunstsenter (Norvège, 2013) et à la Biennale de Sharjah (2011). Ils vivent à Durham-Sud, Québec.
ibghylemmens.com

Noémie Fortin est originaire de Lac-Mégantic et établie à Cookshire-Eaton. Sa pratique est basée dans les Cantons-de-l’Est où elle agit à titre d’autrice, de commissaire indépendante et de travailleuse culturelle. En voie de compléter sa maîtrise en histoire de l’art à l’Université Concordia, ses recherches sont concentrées sur des projets artistiques qui sortent des institutions pour aller à la rencontre des territoires et des communautés, et qui sont motivés par des considérations écologiques. Elle porte une attention particulière aux milieux ruraux qu’elle considère comme un terrain fertile pour aborder des problématiques environnementales de façon située. Ses écrits ont été publiés dans diverses revues spécialisées, dont Esse arts + opinion, Vie des Arts, Ciel variable, Espace et The Goose: A Journal of Arts, Environment, and Culture in Canada.

Noémie Fortin est membre de la chaire de recherche IDEAS-BE de l’Université Concordia, de l’Observatoire des Médiations Culturelles (OMEC) et du regroupement de pairs des arts indépendants de recherche et d’expérimentation (REPAIRE). Plus près de chez elle, elle siège sur les comités de programmation artistique de RURART (Cookshire-Eaton) et du Tremplin 16-30 (Sherbrooke). Dans les dernières années, elle a contribué à l’établissement du programme éducatif de la Fondation Grantham pour l’art et l’environnement avant d’œuvrer à titre de conservatrice à l’éducation à la Galerie d’art Foreman de l’Université Bishop’s.
noemiefortin.com
 

ÉQUIPE DE PRODUCTION

Direction : Danyèle Alain et Marie-Claude De Souza
Communications : Estela López Solís
Soutien à la coordination et à la technique: Kéno Beauregard et Swann Bertholin

Commissariat pour le programme artistique du 26 août 2022 :
Danyèle Alain, Marie-Claude De Souza et Noémie Fortin

Remerciements : 
Anne-Marie Jobin et Jean-François Labelle