Christine Brault

Aujourd’hui 25 avril, au lendemain d’une dernière tempête de neige, j’ai fait une première approche auprès des 133 résidents du parc de maisons mobiles du Canton de Granby :
Aujourd’hui 25 avril, au lendemain d’une dernière tempête de neige, j’ai fait une première approche auprès des 133 résidents du parc de maisons mobiles du Canton de Granby :
je leur ai distribué une petite annonce portant des semences de soucis et de pensées, histoire de piquer un peu leur curiosité et qu’ils participent avec moi.
je leur ai distribué une petite annonce portant des semences de soucis et de pensées, histoire de piquer un peu leur curiosité et qu’ils participent avec moi.
29 avril: suite à une première récolte de pensées et de soucis auprès des passants devant un terrain vacant sur la rue Principale, à Granby, j’ai ensemencé le pied du vieil arbre dominant le site.
29 avril: suite à une première récolte de pensées et de soucis auprès des passants devant un terrain vacant sur la rue Principale, à Granby, j’ai ensemencé le pied du vieil arbre dominant le site.
30 avril : je commence à investir le terrain d’une maison incendiée en 1997. Ses fondations ont été remblayées, mais on en perçoit toujours l’entrée et des arbres l’habitent.
30 avril : je commence à investir le terrain d’une maison incendiée en 1997. Ses fondations ont été remblayées, mais on en perçoit toujours l’entrée et des arbres l’habitent.
4 mai, je retourne au parc de maisons mobiles, dont j’apprends qu’il porte le nom de Beau site. Pour ses résidents, je compose un jardin de bandes florales et textuelles à proximité de leurs demeures.
4 mai, je retourne au parc de maisons mobiles, dont j’apprends qu’il porte le nom de Beau site. Pour ses résidents, je compose un jardin de bandes florales et textuelles à proximité de leurs demeures.
Une faille urbaine à fleurir sur la rue Claudette du Beau site.
Une faille urbaine à fleurir sur la rue Claudette du Beau site.
9 mai, afin de briser la rectitude du paysage, je décide de faire un jardin circulaire en bordure de la rue Nicole ; celui-ci fut réalisé avec l’aide très appréciée d’un de ses résidents.
9 mai, afin de briser la rectitude du paysage, je décide de faire un jardin circulaire en bordure de la rue Nicole ; celui-ci fut réalisé avec l’aide très appréciée d’un de ses résidents.
Un souci cueilli auprès d’un résident du Beau site.
Un souci cueilli auprès d’un résident du Beau site.
16 mai : je dois entretenir ces fragiles pousses et ajouter ou remplacer les vignettes qui les accompagnent dans leur croissance.
16 mai : je dois entretenir ces fragiles pousses et ajouter ou remplacer les vignettes qui les accompagnent dans leur croissance.
18 mai : c’est jour de Bingo et je me poste à l’entrée.
18 mai : c’est jour de Bingo et je me poste à l’entrée.
J’y récolte des témoignages empreints d’une grande sincérité, d’émotion, de simplicité…
J’y récolte des témoignages empreints d’une grande sincérité, d’émotion, de simplicité…
… la peine d’avoir perdu une amie
… la peine d’avoir perdu une amie
… l’espoir de gagner le gros lot !
… l’espoir de gagner le gros lot !
«Monsieur Toutou» m’offre même un cadeau !
«Monsieur Toutou» m’offre même un cadeau !
La partie est commencée, je vais à la recherche d’autres passants  au «jardin» du boisé.
La partie est commencée, je vais à la recherche d’autres passants au «jardin» du boisé.
19 mai : au jardin de la rue Nicole du Beau site, une pousse à peine âgée de dix jours.
19 mai : au jardin de la rue Nicole du Beau site, une pousse à peine âgée de dix jours.
De porte en porte, j’invite les résidents à une rencontre festive. Certains ont déjà semé mon cadeau du 25 avril.
De porte en porte, j’invite les résidents à une rencontre festive. Certains ont déjà semé mon cadeau du 25 avril.
Un généreux résident, complice depuis le tout début du projet.
Un généreux résident, complice depuis le tout début du projet.
21 mai : devant le site du vieil arbre de la rue Principale.
21 mai : devant le site du vieil arbre de la rue Principale.
23 mai : deux petits jardins  à l’entrée du Bingo pour ces adeptes qui y jouent avec une ferveur qui m’est parfois incompréhensible.
23 mai : deux petits jardins à l’entrée du Bingo pour ces adeptes qui y jouent avec une ferveur qui m’est parfois incompréhensible.
25 mai : après une matinée pluvieuse, le ciel nous épargne pour la rencontre festive.
25 mai : après une matinée pluvieuse, le ciel nous épargne pour la rencontre festive.
Visite du jardin.
Visite du jardin.
Se refaire une nature ?
Se refaire une nature ?
1 sur 30
Refaire la rue ou se refaire une nature

Le jardin se présente comme un « bloc magique », un lieu de mémoire, où vient s’inscrire un événement, une histoire, personnelle sans doute, mais aussi collective, non seulement dans le présent mais aussi dans le temps et dans l’espace.
Philippe Nys
 
La pratique artistique de Christine Brault repose sur son rapport à l’autre et aux lieux et sur l’utilisation de la photo, de la vidéo, du son et de l’écriture. Elle utilise, selon les contextes, les formes de l’installation in situ, de l’intervention performative et de la publication. Impliquée dans une démarche d’art communautaire, elle travaille présentement avec l’organisme culturel Oxyjeunes, avec lequel, en 2002, elle a réalisé un projet dans les parcs du quartier Centre-sud à Montréal.
 
C’est de l’idée de la ville comme jardin qu’a émergé le projet Refaire la rue ou se refaire une nature. Ce projet consiste essentiellement à ensemencer des failles urbaines, en créant des liens avec des habitants de la Ville et du Canton de Granby. C’est autour de la métaphore « Semer des soucis et des pensées » que l’artiste ensemencera son jardin social, avec de véritables semences de fleurs, mais aussi avec les témoignages qu’elle recueillera au cours de ses promenades. Avec la complicité des habitants, elle souhaite ainsi disséminer dans la ville, des petits jardins inattendus, fragiles et précaires en bordure des trottoirs et des chemins d’asphalte. Le projet se complète par la réalisation d’une archive temporelle à partir de captations visuelles et sonores qui permettront aux gens rencontrés sur le parcours d’observer quotidiennement la croissance de ce jardin en évolution.

Christine Brault a fait des études à l’Université de Montréal où elle a obtenu un Baccalauréat ès arts. En 2000 elle obtenait une Maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle a été membre du conseil d’administration et du comité de programmation de Dare-dare, centre de diffusion d’art multidisciplinaire de Montréal. Présentement boursière de la fondation Engrenage noir, elle a reçu également des bourses du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Parmi ses projets récents, mentionnons sa participation à la résidence A week in the woods, organisée par la commissaire Yvette Poorter, à Montréal en 2002 et l’événement Nulle part ailleurs, manifestation hors-les-murs présentée par Dare-Dare, à Montréal en 2000; enfin, l’exposition individuelle Wandering on the right side of the looking glass, projet in situ réalisé en 2001 dans le contexte d’une résidence au Dr. L. Alma Schoolwerktuin à Amsterdam, Pays-Bas.

Ce projet de Christine Brault a été réalisé de février à mai 2003 dans le contexte du cycle d’exploration Terrains d’entente, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel. 

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
Février 2003
 
Séjour de production
26 avril au 25 mai 2003
 
Auteure en résidence associée au projet : Nathalie de Blois

Événements

Intervention progressive
26 avril au 25 mai 2003
Lieux : parc de maisons mobiles du Canton de Granby et terrain en friche sur la rue Principale à Granby (Québec)
 
Rencontre festive
Dimanche 25 mai 2003 à 14 h
Lieu : rue Claudette, Canton de Granby (Québec)


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Martin Poitras, soutien aux artistes et aux communications / Stéphanie Lagueux, infographie et site web
 
Conseil d’administration : Philippe Côté, Valérie Blain, Yves Gendreau, Christian Barré, Martin Poitras, Christian Ravenelle.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Remerciements : Aux citoyens et citoyennes de la Ville et du Canton de Granby qui ont offert leurs pensées et leurs soucis; à Gilles Ménard, Claudette Laflamme, Gérard Brodeur et à la Ville de Granby. Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député Bernard Brodeur.
 
Photos : Christine Brault, Yves Gendreau, Martin Poitras. © Christine Brault et 3e impérial, centre d’essai en art actuel