Magali Babin

Au printemps et à l’été 2011, au réservoir Choinière,
Au printemps et à l’été 2011, au réservoir Choinière,
au centre d’interprétation de la nature du Lac Boivin (CINLB),
au centre d’interprétation de la nature du Lac Boivin (CINLB),
les pieds dans la rivière Yamaska,
les pieds dans la rivière Yamaska,
aux abords d’une source,
aux abords d’une source,
Magali Babin démêle les fils de ses microphones amphibies,
Magali Babin démêle les fils de ses microphones amphibies,
des hydrophones construits sur mesure,
des hydrophones construits sur mesure,
puis elle lance sa ligne à l’eau.
puis elle lance sa ligne à l’eau.
faisant chacun résonner des fréquences sonores particulières,
faisant chacun résonner des fréquences sonores particulières,
Sur la berge, elle écoute et récolte les sons aquatiques qui composeront son œuvre sonore Bruissements et clapotis.
Sur la berge, elle écoute et récolte les sons aquatiques qui composeront son œuvre sonore Bruissements et clapotis.
En complément au lancement de cette œuvre, Magali Babin propose une série de marches sonores au CINLB.
En complément au lancement de cette œuvre, Magali Babin propose une série de marches sonores au CINLB.
Au programme de cette promenade : marche silencieuse et exercices d’écoute.
Au programme de cette promenade : marche silencieuse et exercices d’écoute.
Durant la promenade sonore, quelques points de rencontre sont prévus pour permettre à chacun d’échanger sur les sons entendus.
Durant la promenade sonore, quelques points de rencontre sont prévus pour permettre à chacun d’échanger sur les sons entendus.
La marche encourage l’attention aux détails de notre environnement sonore qui nous échappent habituellement.
La marche encourage l’attention aux détails de notre environnement sonore qui nous échappent habituellement.
Quelqu’un a entendu une tondeuse à gazon au loin, tandis qu’une autre personne a découvert un couple de caroubes à épaulettes dans les quenouilles…
Quelqu’un a entendu une tondeuse à gazon au loin, tandis qu’une autre personne a découvert un couple de caroubes à épaulettes dans les quenouilles…
L’espace change progressivement de sonorité à mesure que le groupe s’approche de l’eau.
L’espace change progressivement de sonorité à mesure que le groupe s’approche de l’eau.
Magali Babin a installé une « escale sonore » sur la passerelle de bois qui serpente le long du marais.
Magali Babin a installé une « escale sonore » sur la passerelle de bois qui serpente le long du marais.
Une occasion pour chacun de manipuler les hydrophones installés dans l’eau et de prendre conscience des spécificités de l’environnement sonore aquatique.
Une occasion pour chacun de manipuler les hydrophones installés dans l’eau et de prendre conscience des spécificités de l’environnement sonore aquatique.
En juin 2012, la composition en art audio est installée au Pavillon du Centre d’interprétation de la nature du Lac Boivin pour toute la saison estivale.
En juin 2012, la composition en art audio est installée au Pavillon du Centre d’interprétation de la nature du Lac Boivin pour toute la saison estivale.
Le groupe est ensuite invité à s’installer confortablement au Pavillon du CINLB pour l’écoute de l’œuvre en art audio Bruissements et clapotis…
Le groupe est ensuite invité à s’installer confortablement au Pavillon du CINLB pour l’écoute de l’œuvre en art audio Bruissements et clapotis…
ainsi que la consultation d’une carte géographique illustrant les points d’eau que Magali Babin a fréquenté et enregistré pour concevoir sa composition.
ainsi que la consultation d’une carte géographique illustrant les points d’eau que Magali Babin a fréquenté et enregistré pour concevoir sa composition.
Septembre 2012 - Journées de la culture : le 3e impérial invite l’association l’ŒIL (Organisme Education, Intégration et Loisirs pour personnes handicapées visuelles) pour une promenade sonore le long de la rivière Yamaska.
Septembre 2012 - Journées de la culture : le 3e impérial invite l’association l’ŒIL (Organisme Education, Intégration et Loisirs pour personnes handicapées visuelles) pour une promenade sonore le long de la rivière Yamaska.
Après une série d’exercices d’écoute de l’environnement sonore, le groupe s’abreuve quelques instants des puissantes masses d’eau qui dégringolent des chutes de la Yamaska.
Après une série d’exercices d’écoute de l’environnement sonore, le groupe s’abreuve quelques instants des puissantes masses d’eau qui dégringolent des chutes de la Yamaska.
Un participant soutient que la qualité de l’écoute diffère selon la posture corporelles : debout, assis, couché…
Un participant soutient que la qualité de l’écoute diffère selon la posture corporelles : debout, assis, couché…
Le groupe en marche vers le 3e impérial, centre d’essai en art actuel, où l’écoute de l’œuvre de Magali Babin Bruissements et Clapotis permettra au groupe de conclure l’activité autour d’une riche discussion sur l’environnement sonore granbyen.
Le groupe en marche vers le 3e impérial, centre d’essai en art actuel, où l’écoute de l’œuvre de Magali Babin Bruissements et Clapotis permettra au groupe de conclure l’activité autour d’une riche discussion sur l’environnement sonore granbyen.
1 sur 33
Bruissements et clapotis

Magali Babin est une artiste de l’art audio et de la performance sonore dont la démarche repose essentiellement sur un travail de composition qui s’élabore par un jeu d’amplifications et d’interactions réalisées avec des sons d’objets usuels et d’environnements du quotidien. Elle conjugue à ce travail une recherche qui vise la captation de phénomènes naturels et environnementaux. Cette recherche l’a menée à explorer les potentiels acoustiques de milieux aqueux et à développer le projet Bruits de fond, un corpus d’œuvres qui ont été créées à partir d’une cueillette de sons aquatiques effectuée en 2007-2008 dans le fleuve Saint-Laurent, entre Montréal et Percé.
 
Dans la suite de ces expérimentations, Magali Babin proposait au 3e impérial une série d’interventions en art sonore, rassemblées sous le titre Bruissements et clapotis. Lors d’un séjour en résidence de l’artiste en août 2011, les gens ont été conviés aux escales sonores, une expérience d’écoute sur le terrain et en temps réel, des bruits de fond du lac Boivin et de ses marécages, réalisée avec des hydrophones et une console de mixage audio. Au cours de ce séjour, Magali Babin a également effectué des cueillettes de sons ambiants et de bruits de fond, dans divers points d’eau de la région de Granby et de la Haute-Yamaska. Le lac Boivin et ses marécages, le barrage de la réserve d’eau du parc de la Yamaska, une source, un ruisseau, une rivière et des fontaines publiques ont été l’objet de captures sonores destinées à la création d’une œuvre en art audio.
 
Cette démarche d’exploration sonore contribue à rendre sensible le réel à partir d’une perspective inversée et pour le moins inusitée. L’artiste nous convie en quelque sorte à une écoute de l’invisible. Inspirée par les recherches du compositeur canadien Raymond Murray Schafer, lesquelles ont contribué à la création et au développement de la notion de paysage et d’écologie sonore (World soundscape project > www.sfu.ca/~truax/wsp.html), Magali Babin conclura le projet en proposant de l’accompagner lors de marches sonores visant à s’initier à une écoute fine et attentive du paysage sonore des sentiers écologiques du Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin. À l’issue de ces promenades, les participants seront les témoins actifs d’une exploration artistique des sons des eaux marécageuses et enfin, un poste d’écoute installé au Pavillon du CINLB permettra de découvrir les nouvelles compositions de Magali Babin dont la matière première provient des pêches locales de sons réalisées avec ses microphones amphibies.
 
Bruissements et clapotis est une invitation hors des sentiers battus pour découvrir un univers étonnant, riche en fréquences et en phénomènes naturels acoustiques et harmoniques, et pour faire émerger de nouvelles formes d’écoute du réel.
 

Active dans le milieu de la scène musicale expérimentale et de la musique improvisée depuis les années 80, Magali Babin est considérée comme une des figures centrales de l’improvisation à risques, à Montréal. Elle s’est produite dans le cadre de festivals internationaux de musique électronique en Amérique et en Europe dont MUTEK (Montréal), Mois Multi (Québec), send+receive (Winnipeg), New Music Festival (Vancouver), High Zero (USA), Hull Time Based Art (Royaume-Uni), Transmediale (Berlin) Nuit bleue (France). On a pu voir ses performances à Baltimore, Philadelphie, Boston, New York, Hambourg, Berlin, Besançon, Bruxelles. Ses oeuvres font partie de plusieurs compilations produites par différents labels (and/OAR, Intransitive Recordings, SK Factory, Oral, le son666). Son travail est évoqué dans le livre Sounding Art: Eight Literary Excursions through Electronic Music de Katharine Norman. Magali Babin collabore régulièrement avec les collectifs Mineminemine, le Quatuor de tourne-disques de Martin Tétreault et nocinema.org, projet de l’artiste français Jérôme Joy.

http://www.electrocd.com/fr/bio/babin_ma
http://www.magalibabin.com
http://www.myspace.com/magalibabin
 

Ce projet de Magali Babin a été réalisé du 11 avril 2011 au 30 août 2012 dans le contexte du cycle d’exploration L’envers de l’endroit, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel.

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
11 au 15 avril 2011
 
Séjours de coproduction en art infiltrant

8 au 21 août 2011
28 mai au 10 juin 2012
 
Auteur en résidence associé au projet : Denis Lessard

Événements

Escales sonores au lac Boivin
entre le 10 et le 13 août 2011 : Parc Daniel-Johnson - 230, rue Drummond
entre 15 et le 18 août 2011 : Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin - 700 rue Drummond, Granby (Québec) - http://www.cinlb.org/
 
Marches sonores avec Magali Babin
3 juin 2012 (avec la participation de Serge Beaudette, ornithologue)
5 juin 2012
Lieu : Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, 700 rue Drummond, Granby (Québec)
 
Poste d’écoute - Art audio
3 juin au 30 août 2012
Lieu : Salle d’exposition du Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, 700 rue Drummond, Granby (Québec)
 
Lancement
samedi 9 juin 2012 à 14 h 30
Précédé d’une marche sonore avec Magali Babin
Lieu : Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, 700 rue Drummond, Granby (Québec)

Communiqués
12 septembre 2012
2
8 mai 2012
1
6 mai 2012


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Patrick Beaulieu, production artistique et communication / Cloé Alain, assistance à la coordination / Stéphanie Lagueux, infographie et site web / Émilie Mouchous, chargée de projet.
 
Conseil d’administration : Dominic Marcil, Ève Cadieux, Julie Bélisle, Amélie Jeannotte, Gilles Prince, Karen E. Spencer, Sylvaine Chassay.
 
Remerciements : Serge Beaudette, Nicolas Bouchard, Simon Brown, Laurence Cavitte et Mario Fortin (CINLB), Alain Dinel, Michel Hébert, Simon Lafrenière, Ève Legault (Pro Nature), Mathilde Martel-Coutu (Centre Sagamie), député François Bonnardel.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Ministère de la Culture et des Communications, Conseil régional des élus Montérégie-Est, Ville de Granby
 
Photos : © Magali Babin et 3e impérial, centre d’essai en art actuel