Sylvaine Chassay

1 sur 21
Les écrins (paroles de Joyeux Troubadours)

L’être humain est au cœur de l’œuvre Les écrins. Composée d’un ensemble d’écrans numériques, celle-ci agit tel le révélateur de messages qui nous sont livrés par des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elle se présente en une mosaïque de phrases qui nous interpellent par leur caractère intimiste. Ces messages, ainsi transposés dans l’espace public, revêtent un sens précieux qui est tributaire de notions d’effacement liées à notre condition humaine : la maladie, la vieillesse et la mort.
 
Pour mieux saisir la portée de l’œuvre, il faut retourner en amont du geste artistique. C’est à travers un délicat processus d’écoute, de dialogue et d’échange, lors d’une implication bénévole soutenue, dans le cadre des activités des Joyeux Troubadours organisées par la Société Alzheimer de Granby, que Sylvaine Chassay a recueilli les « mots-trésors » qui allaient constituer la matière première de l’œuvre. Sa mission : faire émerger, avec l’aide d’intervenantes qualifiées, en tout respect de la condition des personnes et en s’assurant de leur consentement, des nectars de vie enfouis dans des mémoires, pour en conserver la trace. Un pas à la fois, le premier consistant, pour l’artiste, à entrer progressivement dans leur univers. L’enjeu, en retour, fut de les introduire au sien, en leur racontant l’histoire de son parcours et de ses motivations artistiques et en leur proposant de collaborer à son projet pour arriver à susciter chez chacun d’eux, le désir de se livrer, de léguer des mots importants à leurs yeux.
 
Dans cette expérience artistique, l’engagement, la présence, l’intuition et l’écoute active sont des clés importantes. Les écrins peut s’interpréter comme un geste de résistance positive qui scrute, par une esthétique attentionnelle, les revers de conditions humaines éprouvantes en leur attribuant, à travers l’essence de paroles signifiantes, une charge porteuse d’espoir qui nous invite à célébrer la vie.

Intéressée par les enjeux sociaux et l’esthétique des nouvelles technologies d’information et de communication, Sylvaine Chassay est engagée dans une démarche à la jonction de l’art participatif et contextuel, inspirée des nouveaux médias, axée sur la découverte de l’autre et s’exprimant par le biais d’installations, d’interventions in situ et d’actions performatives. Sylvaine Chassay détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et, entre autres, un DEA Hypermédia de l’Université Paris 8 (Paris, France). Son travail a été présenté dans plusieurs pays, dont l’Angleterre, la France, le Danemark, le Canada et le Japon. Elle a été présidente du centre d’artistes Praxis art actuel (Ste-Thérèse, Québec) et travaille depuis septembre 2010 pour le centre d’artistes OBORO (Montréal).

Ce projet de Sylvaine Chassay a été réalisé de mars 2011 à juin 2012 dans le contexte du cycle d’exploration L’envers de l’endroit, un programme de résidences de création, de coproduction et de diffusion en art infiltrant du 3e impérial, centre d’essai en art actuel.

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
21 au 25 mars 2011

Séjours de coproduction
12 au 20 octobre 2011
23 novembre au 1 décembre 2011
6 au 16 février 2012
9 au 15 avril 2012

Auteur en résidence associé au projet : Véronique Leblanc

Événements

Les écrins (paroles de Joyeux Troubadours)
Installation numérique
14 au 30 avril 2012
Lieu : Café Madame Hortense, 141 Principale, Granby (Québec)
www.madamehortense.ca
 
Rencontre publique
samedi 14 avril 2012 de 15 h à 17 h
Lieu : Café Madame Hortense, 141 Principale, Granby (Québec)

Communiqués
9 mai 2012
1
 mai 2012
1
 février 2012
8
 octobre 2011


Équipe : Danyèle Alain, direction générale et artistique / Yves Gendreau, direction technique et administrative / Patrick Beaulieu, production artistique et communication / Cloé Alain, assistance à la coordination / Stéphanie Lagueux, infographie et site web / Émilie Mouchous, chargée de projet.
 
Conseil d’administration : Caroline Boileau, Dominic Marcil, Julie Bélisle, Ève Cadieux, Amélie Jeannotte, Gilles Prince, Karen E. Spencer.
 
Remerciements : Un immense MERCI aux Joyeux Troubadours et à leurs fabuleuses animatrices, ainsi qu’à l’équipe de la Société Alzheimer de Granby et région inc. et aux membres de son conseil d’administration. Un merci tout particulier à Diane Laliberté pour avoir grand ouvert la porte au projet, ainsi qu’à Camille Girardot et à Jean-Claude Bussière pour leur appui dynamique; à Huguette Boulais d’accueillir Les écrins au Café Madame Hortense. Enfin, merci au Palace de Granby, au député François Bonnardel.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Ministère de la Culture, des communications et de la condition féminine, Conseil régional des élus Montérégie-Est, Ville de Granby.
 
Photos : © Sylvaine Chassay et 3e impérial, centre d’essai en art actuel, 2012.