Coproductions

César Saëz
César Saëz L'identification de l'espace

Dans le contexte des Instants ruraux, voici le projet de Saëz: L’Identification de l’espace- Installer temporairement, avec la collaboration de citoyens de la Haute-Yamaska et dans une périphérie d’une dizaine de kilomètres autour de Granby, une cinquantaine de supports arborant une image qui met en exergue à la Terre, le territoire de Granby sur fond d’univers. Avec le message: VOUS ÊTES ICI.
 

Christopher Varady-Szabo
Christopher Varady-Szabo Langue de feu, coeur de glace

La démarche de Christopher Varady-Szabo tend à se minimaliser par l’utilisation plus stricte d’éléments liés aux sources et aux forces de la nature. Dans l’esprit des instants ruraux, on pourra s’attendre à une telle approche. Mais nul ne saurait prédire, à l’instant où s’écrivent ces lignes ce que nous réserve mère nature.
 

Philippe Côté
Philippe Côté Tomba le verglas

Tomba le Verglas offre une chronique sociale du verglas de l’année 1998. L’œuvre retarde notre présent sur une plaque de granit noir. Elle est un graffiti de luxe qui mesure 6 pieds par trois pieds. L’histoire gravée se lit en quatre lignes: Avant, Drette-là, Après, À suivre…
 

Sylvie Cotton
Sylvie Cotton La boutique de souvenirs

Sylvie Cotton transforme un kiosque à fruits en une boutique de souvenirs, image évanescente d’une ruralité surannée. Réminiscences, anecdotes recueillies auprès des gens, curiosités, reliefs d’un mode de vie idéalisé, en mutation, sont autant de fragments à découvrir dans cet espace vernaculaire transformé. 

Massimo Guerrera
Massimo Guerrera Monument-mou en l'honneur des premiers producteurs de nourritures terrestres

Massimo Guerrera déploie son activité vers l’espace rural, en empruntant un champs de maïs dédié à l’industrie agricole où il se fait, pendant une huitaine, artiste-gardien du Monument-mou érigé en l’honneur des premiers producteurs de nourritures terrestres.

Adrienne Luce
Adrienne Luce Les Îles de terre et Blanc sur blanc

« Pour le moment, plusieurs décennies de pauvreté réduisent notre maritimité au rang d’une sous-culture. Ne cherchez pas ce mot dans le dictionnaire pas plus que celui de ruralité d’ailleurs ; ils sont les mots des états d’urgence que les peuples usurpés s’inventent spontanément pour nommer l’amour qui se meurt et témoigner de la perte ». 
- Adrienne Luce, Bonjour Françoise, 1990, p.7.
 

Marc Gagnon
Marc Gagnon La maison imaginaire

Quel que soit le contexte, Marc Gagnon poursuit, depuis une dizaine d’années, une réflexion sur la fragilité de l’art et de l’environnement et sur l’artiste dans son environnement social et culturel, dénonçant le glissement qui s’est opéré entre le discours et la pratique actuelle de l’art. Il réinvente chaque fois ses propres règles, misant toujours sur le lien qu’il tisse avec son interlocuteur plus que sur l’objet qui les confronte ; avec constante la satire, le jeu et l’humour qui lui permettent de déjouer l’imposture.
 

Pages