Coproductions

Thomas Grondin
Thomas Grondin Géographie improbable

Géographie improbable propose un portrait de la ville de Granby au Québec, en 2051. Ce portrait, grossièrement ébauché mais touchant d’humanité par ses imperfections, est présenté sous la forme d’une archive fictive imaginée avec la collaboration d’habitants rencontrés sur la rue.

Valérie Blain
Valérie Blain Jardin en chantier (hommages au projet posthume de madame Vittie)

Basant son projet sur l’histoire et la configuration d’une maison et d’un terrain légués il y a quelques années comme espace public à la ville de Granby, Valérie Blain a réalisé une intervention in situ en hommage et dans la poursuite du projet posthume de madame Vittie: « […] There shall be no parking lot on the vacant land but lawn, flowers and seat arrangements for reading. […] » 

Mario Duchesneau
Mario Duchesneau Terrasse mobile

Mario Duchesneau propose un portrait singulier de la rurbanité : une série de douze apparitions d’un jour, mettant en scène des éléments de mobilier de jardin, se déploie en différents lieux de la région de la Haute-Yamaska

Christian Barré
Christian Barré En-soi

Christian Barré prend le parti d’investir une boîte lumineuse abandonnée en postulant la sauvegarde de l’originalité et de l’irréductibilité de l’individu et du rapport vécu avec autrui. Idéalisme, ironie ou humanisme ? Le défi de l’artiste consiste ici à rompre avec l’aliénation de l’homogène et à mettre en valeur ceux qui habitent le paysage.

Stéphanie Lagueux
Stéphanie Lagueux L'insecterie

Dans un quartier situé en périphérie de la ville, près du lac, se dresse un énigmatique lampadaire de rue auquel est accroché une étrange bulle transparente. C’est L’insecterie, une petite ménagerie d’insectes qui, aveuglés et bernés par l’attrait de l’irrésistible lumière, s’agglutinent en nuées folles.

BGL
BGL Villa treize - Villa des regrets

Voilà plus d’une semaine que nous sommes installés à Granby. Nos recherches en voiture dans les campagnes environnantes nous ont permis de constater la gravité des dégâts causés par les nouveaux développements domiciliaires. Nous avons décidé de montrer le manque d’âme et le caractère éphémère de cette architecture en bâtissant la charpente de notre propre «Villa des regrets».
 

Françoise Rod
Françoise Rod Comme une plante, ici prenez racine!

Découvrant le Québec pour la première fois, Françoise Rod aménage, dans un champ de fraises et en pleine saison de récolte, trois trous d’une profondeur de un à deux mètres d’où il est possible d’expérimenter un point de vue autre, une perception nouvelle et symbolique de l’espace rural.
 

César Saëz
César Saëz L'identification de l'espace

Dans le contexte des Instants ruraux, voici le projet de Saëz: L’Identification de l’espace- Installer temporairement, avec la collaboration de citoyens de la Haute-Yamaska et dans une périphérie d’une dizaine de kilomètres autour de Granby, une cinquantaine de supports arborant une image qui met en exergue à la Terre, le territoire de Granby sur fond d’univers. Avec le message: VOUS ÊTES ICI.
 

Christopher Varady-Szabo
Christopher Varady-Szabo Langue de feu, coeur de glace

La démarche de Christopher Varady-Szabo tend à se minimaliser par l’utilisation plus stricte d’éléments liés aux sources et aux forces de la nature. Dans l’esprit des instants ruraux, on pourra s’attendre à une telle approche. Mais nul ne saurait prédire, à l’instant où s’écrivent ces lignes ce que nous réserve mère nature.
 

Philippe Côté
Philippe Côté Tomba le verglas

Tomba le Verglas offre une chronique sociale du verglas de l’année 1998. L’œuvre retarde notre présent sur une plaque de granit noir. Elle est un graffiti de luxe qui mesure 6 pieds par trois pieds. L’histoire gravée se lit en quatre lignes: Avant, Drette-là, Après, À suivre…
 

Pages