Daniel Corbeil

1 sur 40
Roulement de paysages

Cette installation, dont l’idée est venue à Daniel Corbeil lors de la visite d’une ferme de la région de Granby, s’inspire d’une pièce de machinerie : le convoyeur, qui sert à la manutention des produits agricoles. Souvent considérée, dans son aspect utilitaire et bénéfique, comme l’un des signes les plus manifestes du progrès technique, la machinerie moderne peut faire l’objet d’une interrogation critique quant aux effets sur la nature (notamment en ce qui a trait aux changements climatiques) du modèle mécaniste de production. C’est à une interrogation de ce type que se livre Daniel Corbeil, par l’utilisation, pendant dix jours consécutifs, d’un convoyeur artisanal, de façon à suggérer, grâce au mouvement de roulement du tapis, les cycles de transformations que l’intervention humaine, par la technologie et l’industrialisation, fait connaître aux paysages.
 
Chaque jour, à l’aide de rebuts agricoles ou de matériaux de récupération, l’artiste confectionne sur le tapis des paysages inspirés par l’espace environnant, comme s’il s’agissait de vues aériennes. À la fin de chaque journée, le mécanisme du convoyeur se met en action et fait basculer le paysage dans le vide, de manière à laisser place à l’élaboration d’un nouveau paysage, construit sur les vestiges du précédent et élaboré en tenant compte des échanges avec les visiteurs. Imposant à cette nature fictive une cadence de plus en plus rapide au fur et à mesure que les jours se déroulent, l’emballement du convoyeur devient une métaphore des transformations que dictent à la nature les lois de la production moderne.

Originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, Daniel Corbeil vit et travaille à Montréal. Engagé dans la réalisation d’engins aériens ludiques et de mises en scène photographiques sur la thématique du vol, il poursuit une recherche sur le simulacre technologique, comme mode de représentation du réel. Ses œuvres sont des voyages imaginaires, des théâtres énigmatiques où entrent en jeu des mécanismes, des objets volants et des paysages miniaturisés.
 
Parmi ses expositions en 2002, citons Espaces nordiques, une installation évoquant le parcours d’un avion au-dessus de paysages industriels, présentée à la maison de la culture Frontenac à Montréal et Nacelle en perspectives, présentée à Expression, centre d’exposition de Saint-Hyacinthe. L’installation Le Moyen-Nord : fragments d’un survol, exposée au Lieu à Québec et à la galerie De Leon White, à Toronto en 2000, puis en 2001 à la galerie Occurrence, à Montréal, suggérait le récit du vol fictif d’un dirigeable (Le Balénoptère) au dessus d’un vaste territoire rural troué par d’immenses turbines. Auteur de nombreux projets d’intégration des arts à l’architecture au Québec et récipiendaire de nombreuses bourses, Daniel Corbeil a exposé son travail en sculpture, installation et photographie au Québec, au Canada et à l’étranger.

Ce projet de Daniel Corbeil a été réalisé de mars  à août 2002 dans le contexte du cycle d’exploration Supra rural, un programme de résidence et d’art public du 3e impérial, centre d’essai en art actuel qui poursuit une réflexion contextualisée autour des espaces ruraux et rurbains. 

Résidence en art infiltrant

Séjour de prospection
Mars 2002
 
Séjour de production
15 juin au 15 août 2002
 
Auteure en résidence associée au projet : Sylvie Cotton

Événements

Installation in situ en processus
1 au 10 août 2002
Horaire des visites sur le site : tous les jours de 12 h à 20 h
Lieu : Ferme Au Jardin noir, 523, rang Séraphine, Ange-Gardien (Québec)

 
Rencontre festive
Samedi 10 août 2002 à 16 h
Lieu : Ferme Au Jardin noir, 523, rang Séraphine, Ange-Gardien (Québec)


Équipe : Danyèle Alain, coordination / Yves Gendreau, logistique et soutien technique / Guy Robert, aide technique / Stéphanie Lagueux, infographie et site web
 
Conseil d’administration : Philippe Côté, Ronald Richard, Valérie Blain, Christian Barré, Patrick Beaulieu, Yves Gendreau, Martin Poitras.
 
Partenaires financiers : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada.
 
Remerciements : Marie-Paule Messier de la ferme Au jardin noir et Jean-Philippe Beaulieu. Merci aux membres du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, à CHASCO et au député Bernard Brodeur. 
 
Photos : Yves Gendreau, Daniel Corbeil. © Daniel Corbeil et 3e impérial, centre d’essai en art actuel.